WikiLeaks: Julian Assange se dit menacé de mort

WEB Ainsi que certains de ses collègues...

avec AFP

— 

Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks lors d'une conférence de presse à Londres, Grande-Bretagne, le 23 octobre 2010.
Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks lors d'une conférence de presse à Londres, Grande-Bretagne, le 23 octobre 2010. — REX / SIPA

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a fait état ce vendredi de menaces de mort contre lui et certains de ses collègues après la publication sur son site de télégrammes diplomatiques américains confidentiels. «Ces menaces de mort sont de notoriété publique et nous prenons les précautions nécessaires, dans la mesure du possible face à une superpuissance», a déclaré Julian Assange, selon le site Internet du Guardian, où il a répondu aux questions des internautes.

La justice suédoise a par ailleurs annoncé avoir transmis à la Grande-Bretagne les informations réclamées à propos du mandat d'arrêt lancé par Interpol contre le fondateur de WikiLeaks. L'avocat d'Assange avait contesté jeudi la validité internationale de ce mandat d'arrêt.

Soupçonné de viol et violences sexuelles

Julian Assange, 39 ans, est soupçonné par le parquet suédois de viol, violences sexuelles et contrainte illégale. Son arrestation a été ordonnée le 18 novembre et un avis de recherche international a été lancé mardi soir par Interpol.

Selon le quotidien britannique The Independent, Julian Assange se trouverait en Grande-Bretagne et aurait fourni ses coordonnées à la police britannique à son arrivée dans le pays en octobre.

Mais l'Agence britannique de lutte contre le crime organisé (Soca) se refuse pour l'instant à l'arrêter, car, toujours selon The Independent, elle a besoin d'éclaircissements concernant le mandat d'arrêt européen lancé par des procureurs suédois.