Julian Assange n'est pas le bienvenu en Equateur

Avec Reuters

— 

L'Equateur avait offert mardi, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, d’offrir l’asile à Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Mais le président Rafael Correa est revenu sur cette proposition et a même accusé le site spécialisé dans la divulgation de documents confidentiels, qui vient de verser dans le domaine public 250.000 télégrammes diplomatiques américains, d'infraction à la loi.

Selon Rafael Correa, Wikileaks a «commis une erreur en enfreignant les lois des Etats-Unis et en laissant filtrer ce type d'informations».

Julian Assange, un ancien hacker âgé de 39 ans, fait l'objet depuis mardi soir d'un avis de recherche international lancé par Interpol à la suite d'un mandat d'arrêt émis par la Suède dans le cadre d'une enquête pour viol et violences sexuelles présumés.
Le fondateur de Wikileaks rejette ces accusations.