Vers une escalade militaire entre les deux Corées?

CONFLIT La Corée du Nord a placé des missiles sur leurs pas de tir en mer Jaune...

Reuters

— 

REPUBLIC OF KOREA OUT / AFP

La situation est de plus en plus tendue en mer Jaune, zone d’affrontement entre les deux Corées. Cinq jours après le bombardement de l'île sud-coréenne de Yeonpyeong par l'artillerie du Nord, la Corée du Sud a débuté dimanche des manoeuvres aéronavales avec l’appui des Etats-Unis. Des manoeuvres programmées de longue date qui doivent s’étaler sur quatre jours.

Missiles à la frontière


Au ministère sud-coréen de la Défense et à l'état-major, on se refuse à confirmer des informations classées secret défense. Les manoeuvres navales coréo-américaines se déroulent très au sud de la zone maritime contestée où se sont produits mardi les tirs d'artillerie qui ont causé la mort de deux militaires et deux civils.

Mais Pyongyang a promis une riposte militaire «sans pitié», selon les termes de l'agence officielle KCNA, en cas de violation de ses eaux territoriales. Le pays aurait déjà déplacé des missiles sol-air vers la zone frontalière, selon l’agence sud-coréenne Yonhap.

Dissuasion

Le porte-avions américain à propulsion nucléaire George Washington participe à ces exercices, a précisé un porte-parole des forces américaines en Corée (USFK). Le navire, qui transporte 75 avions de combat et un équipage de plus de 6.000 hommes, est escorté par au moins quatre autres bâtiments.

La Corée du Sud a déployé de son côté trois destroyers, des frégates et des avions anti-sous-marins, rapporte Yonhap. Pyongyang a averti contre les conséquences «imprévisibles» de ces exercices conjoints, et Pékin a lancé une mise en garde contre les mouvements militaires à proximité de ses côtes. La Chine est le principal allié de la Corée du Nord et a exhorté les deux parties à la retenue pour apaiser la situation. Pour calmer les esprits, la Chine a appelé dimanche à la tenue de consultations d'urgence réunissant le groupe des Six (Corée du Sud, Corée du Nord, Etats-Unis, Chine, Russie et Japon), ces Etats participant aux négociations sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. Aucune date n’a été fixée pour le moment.

Evacuation

Devant ce regain de tension, les habitants présents sur l'île de Yeonpyeong ont reçu ordre de se réfugier dans des abris par crainte de bombardements nord-coréens. L'île compte quelque 1.600 civils et un millier de militaires. Le gouvernement a également conseillé aux journalistes de quitter  l’île.