La Nouvelle-Zélande en deuil

— 

Il n'y a plus d'espoir de les retrouver vivants. Une deuxième explosion survenue hier a anéanti au sein de l'équipe de sauveteurs tout espoir de sauver les 29 mineurs piégés depuis cinq jours au fond de la mine de charbon exploitée par la compagnie Pike River Coal, en Nouvelle-Zélande. Parmi les disparus : vingt-quatre Néo-Zélandais, deux Australiens, deux Britanniques et un Sud-Africain. Tous avaient entre 17 et 62 ans. Sur l'ensemble des mineurs, deux hommes, légèrement blessés, sont toutefois parvenus à remonter à la surface après la première explosion vendredi.

« Tragédie nationale »
« La nation est en deuil », a immédiatement réagi le premier ministre néo-zélandais, John Key, qualifiant la nouvelle de « tragédie nationale ». La dernière catastrophe minière de grande ampleur en Nouvelle-Zélande remonte à 1967, année où 19 mineurs avaient été tués dans l'explosion d'une mine de charbon dans la même région.