Otan: La défense antimissile répond à la menace iranienne, affirme Sarkozy

INTERNATIONAL «Aucun nom ne figure dans les documents publics de l'Otan, mais la France appelle un chat un chat», a déclaré le président...

B.D. avec Reuters

— 

Le président Nicolas Sarkozy assiste au sommet de l'Otan le 19 novembre 2010, à Lisbonne.
Le président Nicolas Sarkozy assiste au sommet de l'Otan le 19 novembre 2010, à Lisbonne. — AFP PHOTO/ LIONEL BONAVENTURE

Il met les pieds dans le plat. Nicolas Sarkozy a déclaré ce samedi au cours d'une conférence de presse en marge du sommet de l'Otan à Lisbonne que la menace à laquelle la future défense antimissile de l'Otan répond est iranienne.

«Aucun nom ne figure dans les documents publics de l'Otan, mais la France appelle un chat un chat. La menace des missiles aujourd'hui c'est l'Iran», a-t-il dit lors d'une conférence de presse en marge du sommet de l'Otan, à Lisbonne. «Donc, si un jour l'Iran tire un missile vers l'Europe, il est certainement souhaitable qu'on puisse l'intercepter», a-t-il ajouté. Les dirigeants de l'Otan ont approuvé vendredi le principe d'un bouclier antimissile en complément de la dissuasion nucléaire.

Coopération avec la Russie

«Nous ne sommes pas obsédés par l'Iran, nous ne faisons pas le bouclier antimissile exclusivement pour l'Iran, mais je rappelle que le programme balistique iranien a été condamné par le Conseil de sécurité» de l'ONU, a encore expliqué le chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy a aussi tenté de rassurer la Russie, inquiète: le futur bouclier antimissile de l'Otan n'est pas dirigé contre elle. «La Guerre froide c'est fini, le Pacte de Varsovie c'est fini, l'Union soviétique c'est fini», a-t-il martelé. «La présence de M.Medvedev ici est extrêmement importante (...), ce qui montre qu'avec la Russie nous avons un nouveau concept stratégique à bâtir.»