RELIGION

Chrétiens d'Orient: Des persécutions au quotidien

Un copte d'Egypte témoigne pour 20minutes.fr...

Après plusieurs attaques meurtrières contre des chrétiens d’Irak en novembre dernier, un chrétien copte d'Egypte avait accepté de témoigner pour 20minutes.fr au sujet des persécutions vécues par sa communauté, touchée à son tour vendredi soir par un attentat à Alexandrie, à l'occasion du nouvel An.

La tension actuelle au Proche-Orient n’est pas nouvelle pour Bishoi. «Pour nous, c’est quelque chose qui dure depuis 14 siècles. Il y a des hauts et des bas», dit-il. Pour cet Egyptien de 53 ans, qui vit en France depuis trente-cinq ans mais revient très régulièrement en Egypte, les chrétiens d’Orient vivent les persécutions «au quotidien».

«On pense souvent qu’il y aura des attaques, alors on essaye de se protéger»

«On pense souvent qu’il y aura des attaques, alors on essaye de se protéger», explique Bishoi qui cite l’«hypocrisie» comme première source de protection, ne serait-ce que «pour avoir l’amitié de son voisin musulman». Chaque détail a son importance: «Quand j’organise des voyages en Egypte pour des amis ou des collègues, j’utilise forcément des agences musulmanes».

En Egypte, qui accueille la plus grande communauté chrétienne du Proche-Orient avec une dizaine de millions de fidèles, la situation s’est dégradée depuis les années 1970, après la mort du président Nasser et la montée en puissance des Frères musulmans, indique Bishoi. Pour lui qui a beaucoup voyagé dans les pays arabes, «la persécution est similaire» partout.

«Je ne gagne rien à faire des musulmans mes ennemis»

Et ce ne sont pas les condamnations du pape qui vont y changer quelque chose. Pour Bishoi, «Benoît XVI défend ses ouailles à grande échelle et les non-musulmans par la même occasion», mais «il peut se le permettre, il est protégé». D’après l'Egyptien, si «le dialogue adoucit les choses», cela reste «un risque quotidien pour les chrétiens d’Orient».

Cependant, Bishoi ne préfère pas prédire l’avenir de sa communauté. «Je ne veux pas être pessimiste. Je le serais si je n’avais pas la foi», dit-il. Cette confiance en «un dieu puissant et amour», il l’a conservé depuis sa prime jeunesse lorsqu’il a assisté à la torture d’un employé de maison musulman par des habitants de son village sous prétexte qu’il travaillait pour une famille chrétienne. «Pourquoi ont-ils fait ça? Je n’ai pas de réponse, mais je ne gagne rien à faire des musulmans mes ennemis», conclut-il avec «philosophie et sagesse».