Birmanie: Aung san Suu Kyi a été libérée samedi

BIRMANIE L'opposante a lancé dimanche un appel à la liberté d'expression...

Faustine Vincent

— 

« Il faut vous battre pour ce qui est juste », a lancé l'opposante Aung San Suu Kyi, hier.
« Il faut vous battre pour ce qui est juste », a lancé l'opposante Aung San Suu Kyi, hier. — AP / SIPA

Libérée samedi, après avoir passé quinze des vingt et une dernières années assignée à résidence, la célèbre opposante birmane a tenu dimanche son premier grand discours public depuis sept ans. Face à une foule en liesse, Aung San Suu Kyi, 65 ans, a lancé un appel à « la liberté d'expression », « fondement de la liberté démocratique ». « Il faut vous battre pour ce qui est juste », a-t-elle lancé à ses partisans.

Dialoguer avec la junte
La Prix Nobel de la paix a aussi envoyé un signe d'apaisement envers la junte. « Je ne nourris pas de rancœur à l'égard de ceux qui m'ont maintenue en résidence surveillée […]. Les responsables de la sécurité m'ont bien traitée. Je veux leur demander de bien traiter le peuple aussi. » La chef du parti de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), dissoute par les autorités en septembre, s'est dite prête à dialoguer avec le chef de la junte, au pouvoir depuis quarante-huit ans, et avec les pays occidentaux pour lever les sanctions qui frappent le pays si tel est le « souhait véritable » du peuple.
Sa libération a été saluée avec prudence par la communauté internationale. Car, comme l'a expliqué le Dr Maug Zarni, chercheur à la London School of Economics, à l'ONG Democratic Voice of Burma, « nous ne devons pas nous leurrer en pensant que sa libération est un signal du désir de démocratisation, de dialogue et de réconciliation de la junte ». Cette libération pourrait surtout signaler le désir du régime de redorer son image une semaine après la tenue d'élections législatives « tout sauf libres et justes », selon Barack Obama, et tandis que des milliers de prisonniers politiques croupissent en prison.