Après Ruby, Nadia raconte ses parties fines avec Berlusconi

SCANDALE A chaque jour son nouveau témoignage...

J. M.

— 

Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi réagit pendant un meeting politique à Rome, le 26 mars 2010.
Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi réagit pendant un meeting politique à Rome, le 26 mars 2010. — T. FABI / AFP

«Allez, suivante.» Cette phrase, c’est Silvio Berlusconi qui l’aurait prononcée au cours d’une partie fine. Mais ce n’est pas Ruby, mineure et dernière participante déclarée en date qui l’a rapportée. C’est Nadia, nouvelle venue dans la grande communauté des femmes du Cavaliere, qui a raconté ses ébats, dévoilés ce mercredi dans La Repubblica.

>> Faites connaissance avec les femmes de Silvio Berlusconi avec notre diaporama

«Il y avait plusieurs chambres où attendaient deux filles à chaque fois, avec beaucoup à boire et à fumer, raconte la jeune femme dans le journal italien. Une fois, il a demandé à ce qu'on aille toutes (une vingtaine) dans la piscine, et il a eu des rapports avec chaque fille.»

10.000 euros, de la marijuana et «des petits cadeaux»

Nadia Macri a été trois fois en contact avec avec Silvio Berlusconi, et avoir eu des relations sexuelles avec lui: «une fois en Sardaigne et une autre à Arcore», où se trouve la villa du chef du gouvernement italien. Le tout pour 10.000 euros et «des petits cadeaux», rapporte la jeune femme de 27 ans.

Des bijoux Swarovski, mais aussi de la marijuana, que le Cavaliere faisait venir dans son jet privé, selon la jeune femme. Nadia fournit de nombreux détails sur les soirées, mais se montre moins précise quant aux personnes qui lui ont permis d’entrer en contact avec Berlusconi.

La mémoire qui flanche

Nadia Macri cite Emilio Fede, journaliste de l'une de télévision de Berlusconi, ainsi que Lele Mora, agent des stars du petit écran italien. Deux noms déjà évoqués par Ruby que la nouvelle venue se contente de donner tout en affirmant «plus se souvenir comment» ils l’ont introduite auprès de Berlusconi.

Une mémoire vacillante qui laisse planer le doute sur le sérieux du témoignage de la jeune femme, note La Repubblica. L’avocat de Silvio Berlusconi, lui, a déjà assuré que Nadia Macri était en recherche de publicité, dénonçant une «tempête de papier».