Colis piégés: La police grecque écarte la piste du terrorisme international

SECURITE Un appel à témoins a été lancé par la police grecque...

C.C.

— 

La police grecque escorte l'un des deux hommes soupçonnés d'avoir envoyé des colis piégés aux représentations diplomatiques de différents pays à Athènes, le 2 novembre 2010.
La police grecque escorte l'un des deux hommes soupçonnés d'avoir envoyé des colis piégés aux représentations diplomatiques de différents pays à Athènes, le 2 novembre 2010. — STR/ AFP

L'enquête progresse. Comme il avait été supposé, les envois de colis piégés à destination de dirigeants européens ne sont pas «liés au terrorisme international et à des groupes comme Al-Qaida», a déclaré ce mercredi le porte-parole du gouvernement grec, Giorgos Petalotis, cité par CNN

De son côté, la police grecque poursuit son enquête sur ces auteurs avec le lancement d’un appel à témoins, a indiqué ce mercredi l’AFP. Les personnes visées sont cinq hommes, âgés de 21 à 30 ans, «recherchés depuis l'automne 2009 pour leur appartenance présumée au groupe d'obédience anarchiste "Conspiration des cellules de feu"».

Les deux suspects arrêtés lundi soupçonnés d’appartenir au groupuscule gauchiste

Les policiers grecs sont en effet sur cette piste depuis qu’ils ont interpellé lundi deux suspects âgés de 22 et 24 ans qui transportaient des armes et «venaient de déposer des colis dans des agences de messagerie express à Athènes» d’après l’AFP. L’un de ces paquets était destiné à Nicolas Sarkozy. Le plus jeune des deux hommes est soupçonné par les autorités d'appartenir à la «Conspiration des cellules de feu».

La Grèce a réagi mardi en suspendant pour quarante-huit heures l'acheminement par voie aérienne de toutes ses lettres et colis pour effectuer des vérifications.