Un chef rebelle rwandais devrait être remis à la CPI par Paris

Reuters

— 

La cour d'appel de Paris a ordonné mercredi la remise à la Cour pénale internationale (CPI) du chef présumé d'un groupe rebelle rwandais accusé de viols collectifs en République démocratique du Congo (RDC).
Arrêté le 11 octobre à Paris à la demande de cette Cour, Callixte Mbarushimana, 47 ans, dirigeant des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), est accusé d'être impliqué avec son groupe en 2009 dans plus de 300 viols dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC.
Actuellement écroué près de Paris, il doit répondre de 11 chefs d'inculpation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, y compris de meurtre, viols, persécutions fondées sur le sexe et destruction de propriété.
Il peut se pourvoir en cassation contre cette décision de la cour d'appel.