Irak: une vague d'attentats fait une soixantaine de morts à Bagdad

VIOLENCES Ce sont des quartiers chiites de la capitale irakienne qui ont été visés...

Avec Reuters

— 

A.MALIK / REUTERS

Des quartiers chiites de Bagdad ont été mardi la cible d'une vague d'attentats qui ont fait une soixantaine de morts et des centaines de blessés. Ces onze attentats coordonnés ont eu lieu quelques heures après un service funèbre à la mémoire d'une partie des 52 otages et policiers tués dimanche lors de l'attaque perpétrée par un commando lié à Al-Qaida contre une église chrétienne de la capitale irakienne.

Le bilan s'établit à 64 morts et 360 blessés, a annoncé mercredi le ministre irakien de la Santé. «La plupart des blessés ont été soignés et seuls 86 d'entre eux restent encore hospitalisés», a précisé Saleh al Hasnaoui à la télévision publique. Une source au ministère de l'Intérieur avait fait état mardi de 76 morts et 271 blessés, d'autres sources avaient parlé de 40 morts.

Des cafés et des restaurants visés

Alors que l'Irak est toujours privé de gouvernement huit mois après les élections législatives, il s'agit de la troisième opération d'envergure menée par des extrémistes présumés depuis vendredi dans ce pays. L'une des plus puissantes explosions semble avoir visé des cafés et des restaurants de Sadr City, vaste quartier chiite déshérité de Bagdad. De source policière, on a fait état de 15 morts et 23 blessés dans cette seule explosion.

Dimanche, des hommes armés ont pris des fidèles en otages lors d'une messe dans une église de Bagdad. L'assaut lancé par les forces de sécurité s'est soldé par la mort de 52 otages et policiers. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre la communauté chrétienne d'Irak depuis l'intervention militaire américaine en 2003. Les assaillants exigeaient la libération de plusieurs femmes qui, disaient-ils, se sont converties à l'islam mais qui demeurent détenues dans une église copte en Egypte.

«Pourquoi ne pas nous dire que le but est de vider le pays des chrétiens?»

L'Etat islamique d'Irak (ISI), organisation affiliée à Al-Qaida, a indiqué que le délai pour la libération des femmes avait expiré et a prévenu qu'églises et chrétiens sont des cibles potentielles de futures attaques. «Nous annonçons que toutes les organisations et institutions chrétiennes, leurs dirigeants et leurs fidèles, sont des cibles légitimes pour les moudjahidines, partout ils pourront les atteindre», précise le communiqué de l'ISI.

«Pourquoi ne pas nous dire franchement que le but est de vider le pays des chrétiens?», a déclaré Mgr Matti Chaba Matoka, de la paroisse de Bagdad de l'Eglise catholique syrienne. «C'est notre pays, nous resterons. C'est un acte tout à fait barbare de s'en prendre à des fidèles en train de prier», a-t-il ajouté lors du service funèbre à la mémoire du carnage de dimanche à l'Eglise Notre-Dame du Salut.