Grèce: Quels sont les principaux groupes d'extrême gauche?

DECRYPTAGE L'un des colis piégé visait nommément Nicolas Sakozy...

M.P. avec Reuters
— 
La police grecque escorte l'un des deux hommes soupçonnés d'avoir envoyé des colis piégés aux représentations diplomatiques de différents pays à Athènes, le 2 novembre 2010.
La police grecque escorte l'un des deux hommes soupçonnés d'avoir envoyé des colis piégés aux représentations diplomatiques de différents pays à Athènes, le 2 novembre 2010. — STR/ AFP

Lundi et mardi, des colis piégés sont adressés à des représentations diplomatiques étrangères en Grèce. Un colis était même adressé, nommément, à Nicolas Sarkozy. Les autorités grecques ont tout de suite suivi la piste du mouvement anarchiste grec, très actif dans le pays. Deux suspects ont été arrêtés lundi par la police grecque. Pour la plupart, ces envois visaient des pays dont le gouvernement est mené par un parti de droite ou conservateur. 20minutes.fr fait le point sur les différentes organisations se revendiquant de l’anarchisme ayant mené par le passé des actions similaires.

 Les cellules du Complot de feu
L’une des deux personnes arrêtées lundi est soupçonnée d’appartenir à cette organisation qui a revendiqué en mai 2009 l’explosion de deux bombes à retardement sur des chantiers de construction de deux commissariats.  En septembre 2009, le mouvement a revendiqué un attentat à la bombe de faible puissance à Salonique, quelques heures après l’explosion d’une autre bombe devant la bourse d’Athènes, un attentat cette fois revendiqué par Lutte révolutionnaire.

En janvier dernier, les Cellules du complot de feu ont revendiqué l'explosion d'une bombe de faible puissance devant le parlement. En mars, l’organisation a dit être à l'origine de trois faibles explosions devant un centre de détention de la police, le domicile d'un représentant de la communauté pakistanaise et les locaux d'une organisation d'extrême droite à Athènes. En tout, 17 militants présumés ont été arrêtés en 2010.

Lutte révolutionnaire
Ce mouvement est né après le démantèlement du très violent groupe du 17-Novembre, responsable de la mort d’une d’une vingtaine de diplomates, hommes d’affaires et responsables grecs et étrangers en 27 ans d’existence.  Lutte révolutionnaire a tenté de tuer un ministre en 2006, puis, en 2007, a tiré une grenade contre l’ambassade des Etats-Unis à Athènes, sans faire de gros dégâts. Lors des émeutes de 2008, elle avait revendiqué des tirs contre la police anti-émeutes protégeant le ministère de la Culture. Un policier avait été grièvement blessé. En 2008, le mouvement a revendiqué une attaque contre un bus de la policer et une tentative d’attentat à la bombe ratée contre le siège de la compagnie Shell. Ce groupe affirme aussi être responsable de l'explosion d'une bombe à la Bourse d'Athènes, dont le bâtiment avait été endommagé. Six de ses membres ont été inculpés en avril pour une série d'attentats à la bombe.

Secte rebelle
«Dernière venue» dans le mouvement anarchiste, en février 2009, Secte rebelle s’est fait connaître lors d’une attaque à la grenade et à l'arme légère contre un commissariat à Athènes. Quelques semaines plus tard, deux hommes armés et cagoulés ont mitraillé les locaux d'une chaîne de télévision à Athènes, sans faire de blessés. L’organisation dit viser la police, les responsables politiques, les avocats et les journalistes. Et c’est sérieux puisqu’en juin 2009, Sect rebelle a revendiqué le meurtre d'un policier antiterroriste grec à Athènes, tué de plusieurs balles à bout portant. Le mouvement dit aussi avoir tué le 19 juillet dernier le journaliste d'investigation Sokratis Giolias dans la banlieue d'Athènes.