Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ETATS-UNISLe Tea Party, ce casse-tête des Républicains

Le Tea Party, ce casse-tête des Républicains

ETATS-UNIS
Le mouvement du Tea Party est la variable explosive des élections de mi-mandat...
Une manifestation du Tea Party à la mode de 1773, à Santa Barbara, en Californie, le 4 avril 2009
Une manifestation du Tea Party à la mode de 1773, à Santa Barbara, en Californie, le 4 avril 2009 - REUTERS/R.COOK
Philippe Berry

Philippe Berry

De notre correspondant à Los Angeles

Les candidats soutenus par le Tea Party vont-il marcher sur Washington? Selon une étude du New York Times, ils sont dans la course pour décrocher une trentaine de sièges à la Chambre des représentants (sur 435) et entre sept et huit au Sénat (sur 100).

>> C'est quoi le Tea Party? Réponse ici

Le stratège démocrate Garry South relativise. « Comme tout vote protestataire, il est difficile de prédire comment se comportera l'électeur dans l'isoloir, d'autant plus qu'il n'y a pas de parti Tea Party sur les bulletins », explique-t-il à 20 Minutes. Le politologue Samuel Popkin le rappelle en effet, « ces candidats sont des républicains adoubés par le Tea Party, qui reste un mouvement sans leader ni structure, surfant sur le rejet de Washington ». Traduction : réclamer moins d'impôts et moins d'influence du gouvernement ne constitue pas vraiment un programme électoral.

Un mouvement sans leader

Le phénomène n'est pas neuf. Des Know Nothing des années 1850 à la Liberty League sous Franklin Roosevelt, chaque présidence démocrate en des temps économiques difficiles voit germer des groupes populo-réacs. Mais cette fois, « la marmite est vraiment en train de bouillir », estime le stratège républicain Patrick Dorinson. « Le chômage ne baisse pas, Obama dépense comme un marin ivre et Wall Street, sauvé par l'argent du contribuable, affiche des bénéfices insolents. Les citoyens veulent reprendre le contrôle. »

Etre soutenu par l'une des multiples factions rattachées au Tea Party peut cependant se révéler à double tranchant. Dans un état traditionnellement démocrate comme le Delaware, Christine O'Donnell n'a aucune chance, alors qu'un candidat républicain plus modéré aurait sérieusement pu inquiéter le parti d'Obama. Dans le Nevada en revanche, l'ultra-conservatrice Sharron Angle pourrait bien terrasser le patron du Sénat, Harry Reid.

Paradoxalement, un succès des candidats soutenus par le Tea Party pourrait devenir un casse-tête pour les républicains en place. Reprendre le contrôle de la Chambre des représentants les obligera en effet à collaborer davantage avec Obama, tandis que la frange la plus à droite poussera pour défendre « la pureté des idéaux conservateurs », estime Garry South, qui conclut : « Un succès électoral pourrait au final semer les graines de l'autodestruction pour le Tea Party. »

Midterms

A l'issue des élections, la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants va être renouveléer. Au Sénat, 37des 100 sièges du Sénat sont à renouveler cette année. Lors des dernières élections, 131 millions d'Américains avaient voté.