Otages au Niger: le quai d'Orsay ne confirme pas la «rumeur» selon laquelle Aqmi réclame l'abrogation de la loi sur le voile et 7 millions d'euros

MONDE Ainsi que la libération de plusieurs prisonniers...

O.R.

— 

Timérine, région du nord du Mali, où sont retenus les otages français enlevés par Aqmi.
Timérine, région du nord du Mali, où sont retenus les otages français enlevés par Aqmi. — Googlemap / 20minutes.fr

Aqmi aurait enfin donné ses revendications concernant la libération des cinq otages français, de Vinci et Areva, ce lundi. Selon l'agence Reuters, citant la chaîne de télévision Al Arabiya, les ravisseurs réclameraient la supression de la loi sur le voile, 7 millions d'euros ainsi que la libération de plusieurs prisonniers. Une «rumeur» que le quai d'Orsay refuse de commenter, l'assimilant à de nombreuses autres, «infondées». Une source proche du dossier, contactée par 20minutes.fr, précise quant à elle ne donner «aucun crédit» à cette information.

Les sept otages, dont cinq Français, ont été enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre sur le site d'une mine d'uranium du groupe français Areva. Ils seraient détenus au Mali.

«Les ravisseurs ont des exigences irréalistes que le Mali et la France ne peuvent pas accepter, dont le retrait de l'interdiction du voile intégral en France et la libération de certains éléments du groupe détenus en France, en Mauritanie et dans d'autres pays», a déclaré Al Arabia, qui dit s'appuyer sur des sources informées anonymes.

En raison de débordements systématiques sur ce sujet, cet article est fermé aux commentaires. Merci de votre compréhension.