Avortements: une femme meurt tous les deux jours au Brésil

avec AFP
— 

L'avortement, qui a été propulsé au coeur de la campagne électorale pour le second tour de la présidentielle du Brésil, cache une statistique macabre: une femme meurt tous les deux jours de ses suites, selon les statistiques officielles publiées dimanche par le quotidien O Globo.

 

L'avortement n'est autorisé que dans deux cas au Brésil: si la santé de la mère est menacée ou si la grossesse est le résultat d'un viol.

 

Selon les données du Service unique de santé (SUS, public), une femme avorte toutes les 33 secondes au Brésil, et l'avortement clandestin tue une Brésilienne tous les deux jours. Deux cents décès, en moyenne, résultent d'avortements clandestins tous les ans.

 

L'enquête nationale sur l'avortement (PNA) réalisée cette année par l'Université de Brasilia a montré également qu'une femme sur cinq de 18 à 40 ans avait déjà avorté dans le pays.