Britannique enlevée en Afghanistan a été tuée

CONFLIT Pendant une opération de sauvetage...

Avec AFP

— 

Le général Petraeus, le 23 septembre 2009
Le général Petraeus, le 23 septembre 2009 — REUTERS/M.RILEY

Dernière info: La force de l'Otan et l'armée afghane ont fait «tout leur possible» pour sauver l'humanitaire britannique tuée par ses ravisseurs, a affirmé ce samedi le commandant des troupes américaines et internationales en Afghanistan, le général David Petraeus.

Une Britannique enlevée fin septembre en Afghanistan a été tuée au cours d'une opération de sauvetage vendredi soir, a annoncé ce samedi le ministère britannique des Affaires étrangères.

«C'est avec profond regret que je me trouve dans l'obligation de confirmer que Linda Norgrove, la travailleuse humanitaire enlevée dans l'est de l'Afghanistan le 26 septembre, a été tuée par ses ravisseurs au cours d'une opération de sauvetage la nuit dernière» (vendredi soir), a indiqué William Hague, cité dans un communiqué de ses services.

«Sa meilleure chance était de tenter de la sauver»

«Nous avons reçu des informations sur l'endroit où Linda était détenue et nous avons décidé que, étant donné le danger qu'elle courait, sa meilleure chance d'être libérée saine et sauve était que nous agissions sur la base de cette information», a ajouté le ministre.

«La responsabilité de cette conclusion tragique repose entièrement sur les preneurs d'otage. A partir du moment où ils l'ont enlevée, sa vie a été sérieusement menacée. Etant donné le type de personnes qui la détenaient, et du danger qu'elle courait, nous avons jugé que sa meilleure chance était de tenter de la sauver», a-t-il poursuivi.

La Britannique avait été enlevée le 26 septembre, avec trois accompagnateurs afghans, dans l'est du pays. Agée de 36 ans, Linda Norgrove travaillait depuis de nombreuses années pour des organisations humanitaires, au Pérou, au Laos et en Afghanistan. Elle avait travaillé pour les Nations unies à Kaboul en 2005 à 2008, avant de retourner dans le pays en février 2010 pour le compte de l'ONG américaine DAI, un sous-traitant de l'agence américaine d'aide au développement USAID, a précisé le Foreign Office.