La France a exporté avec succès son armement en 2009

— 

Le Rafale n'a pas été vendu à l'export.
Le Rafale n'a pas été vendu à l'export. — S. BESSE / SIPA

La France a présenté mercredi son rapport au Parlement sur les exportations d'armement en 2009. Le bilan est positif : « avec un montant de prises de commandes de 8,16 milliards d'euros en 2009 (+ 22 % par rapport à l'an dernier et + 40 % par rapport à 2007), la France conforte son rang de 4e exportateur mondial », affirme le rapport. Le Brésil est désormais le premier client des équipements français. L'année prochaine, les chiffres risquent toutefois d'être moins bons. Les objectifs fixés en février – avoir des exportations françaises d'armement de 10 à 12 milliards en 2010 – devraient difficilement être atteints, le Rafale n'ayant pas encore été vendu à l'export, bien que le Brésil ait donné son accord de principe pour l'achat de trente-six appareils. Le porte-parole du ministère, Laurent Teisseire, objecte que « l'objectif aujourd'hui, au-delà des pics [liés à de gros contrats] est que le système puisse être réglé structurellement et de façon récurrente sur cet ordre de grandeur », d'environ une dizaine de milliards. Interrogé sur la vente d'armement à des pays sensibles, il a répondu que « l'action de la France s'inscrit dans le respect des textes ». Oxfam France et le CCFD-Terre Solidaire s'inquiètent pourtant sur ce point. Elles « constatent que la croissance des exportations d'armes de ces dernières années ne s'accompagne pas d'une augmentation des moyens de contrôle » et pointent les risques liés aux exportations notamment « vers le Pakistan, Israël et le Tchad ».F. V.