Un homme en garde à vue tasé 13 fois par la police australienne

VIDEO Les autorités locales ont jugé cette intervention «alarmante»...

Julien Ménielle

— 

Un homme a été tasé à 13 reprises par la police australienne (capture d'écran).
Un homme a été tasé à 13 reprises par la police australienne (capture d'écran). — 20MINUTES.FR

La vidéo date de 2008 mais n'a été diffusée que lundi. Elle montre un homme en garde à vue, sans arme, qui refuse de se soumettre à une fouille à nu. Pour le maîtriser, les neuf policiers présents lui envoient des décharges à treize reprises, à l'aide de leurs pistolets à impulsions électriques de type Taser. Une vidéo qui tombe mal, puisque ce même jour un homme est mort dans le pays après avoir été tasé en pleine poitrine.

«C'était un usage excessif d'un Taser qui ne peut pas être justifié», a indiqué le Premier ministre d'Australie occidentale Colin Barnett. «Je pense que quiconque voit ces images les trouvera totalement inacceptables», a-t-il ajouté. «Inacceptable» et «alarmant», a abondé le commissaire de police Chris Dawson.

Polémique

Après une enquête interne de la police, deux agents ont écopé d'amendes de 1.200 dollars canadiens (environ 850 euros) et $750 (530 euros) pour recours excessif à la force. Mais la polémique est relancée concernant l'utilisation des pistolets électriques. Un rapport de la commission du crime a noté que ces derniers sont de plus en plus employés pour faire obéir les contrevenants, alors qu'il est recommandé de ne les utiliser qu'en cas de menace imminente grave.

C'est d'ailleurs la ligne de défense utilisée par la police d'une province du sud après la mort d'un suspect. L'homme avait perdu connaissance après avoir reçu une décharge. Quelques heures après la diffusion de la vidéo de 2008, il est mort à l'hôpital. Selon la police, la victime était armée de deux couteaux et s'était introduit dans une maison. «En une fraction de seconde, les officiers ont pris une décision qui, je crois, leur a peut-être sauvé la vie», s'est justifié le commissaire de police.