Français disparus en Bolivie: leurs familles espèrent que l'enquête sera relancée

DISPARITION Le procureur local va recevoir du renfort...

avec AFP

— 

Jérémie Bellanger, 25 ans, sa compagne Fannie Blancho, 23  ans, ont disparu depuis le 28 août dans le nord-est de la Bolivie, à Guayaramerin.
Jérémie Bellanger, 25 ans, sa compagne Fannie Blancho, 23 ans, ont disparu depuis le 28 août dans le nord-est de la Bolivie, à Guayaramerin. — DR

Les familles d'un couple de Français disparus depuis un mois en Bolivie ont dit vendredi avoir bon espoir de voir l'enquête sur le sort de leurs enfants «redémarrer», malgré l'absence d'éléments nouveaux après deux jours sur place, dans l'Est amazonien. Le procureur local chargé de l'enquête va probablement recevoir un renfort, a indiqué Patrick Bellanger, père de Jérémie Bellanger, l'un des deux Français disparus le 29 août.

Le chef de la police criminelle de Bolivie a dit mardi privilégier l'hypothèse du double meurtre. Selon lui, les Français auraient été tués par un Bolivien, gérant de discothèque, chez qui ils avaient passé une partie de la nuit. Il y aurait eu une tentative d'abus sexuel sur l'autre disparue, Fannie Blancho.

Le principal suspect laissé en liberté

Ce suspect, qui est le dernier à les avoir vus vivants, a déjà été entendu mais laissé en liberté faute d'éléments l'incriminant. Une nouvelle audition est prévue pour les jours à venir, selon le procureur local, qui a reçu les parents de Jérémie et Fannie.

«On veut savoir», a déclaré Patrick Bellanger, pour qui le double meurtre reste «faute de preuves, une des hypothèses auxquelles on se prépare». Il a réaffirmé que les familles, qui sont accompagnées d'un attaché de l'ambassade, resteraient le temps qu'elles jugeraient nécessaire à Guayaramerin. «C'est frustrant d'être ici car on sait qu'ils (les disparus) ne sont pas loin», a-t-il commenté.

Des avis de recherche affichés dans la région et au Brésil

Les familles ont rencontré des témoins qui ont vu leurs enfants pendant leur séjour, sont passées près de l'hacienda, distante de 12 km, où le couple a séjourné chez le suspect, «une route déserte, entre forêt et fermes isolées, où il serait difficile d'avoir des témoins de mouvement, de passages».

Les parents de Jérémie et de Fannie ont aussi été reçues par les autorités de Guayaramerin, auxquelles ils ont remis des avis de recherche aussitôt affichés. Ils se sont rendus vendredi au Brésil voisin, de l'autre côté du fleuve Mamoré, pour diffuser d'autres affiches.