L'UE peut se protéger contre les cyberataques mais demande une meilleure législation

AFP

— 

L'Union européenne est en mesure de se protéger contre une attaque informatique contre ses infrastructures vitales, mais il reste encore à assimiler à un crime la création et l'utilisation de logiciels malveillants, a annoncé jeudi la Commission européenne.
«Non, nous ne sommes pas complètement nus» au sein de l'UE face à une cyberattaque contre des infrastructures vitales, a assuré Cecilia Malmström, commissaire en charge de la Sécurité, venue présenter une proposition de loi avec sa collègue chargée des nouvelles technologies, Neelie Kroes.
Mais «la législation européenne est complètement dépassée et il faut remédier aux carences», a-t-elle mis en garde. «Les Etats se préparent (à une cyberattaque) et nous faisons en sorte à la Commission d'améliorer les outils pour que la législation soit plus adaptée», a-t-elle expliqué.