Al-Qaida cherche à agir en Europe

Armelle Le Goff

— 

Les autorités concernées n'ont pas souhaité confirmer l'existence de ce complot.
Les autorités concernées n'ont pas souhaité confirmer l'existence de ce complot. — J.- D. MCHUGH / AP / SIPA

Des attaques simultanées du type de celles de Bombay en Inde, lorsqu'un commando d'islamistes avait attaqué plusieurs hôtels, faisant 163 morts en 2008. C'est ce qui était prévu à Londres, en Grande-Bretagne, et dans de grandes villes françaises et allemandes.

Un lien avec Al-Qaida et les talibans
Le plan, lié à Al-Qaida, aurait été déjoué par des services de renseignements occidentaux, selon la chaîne britannique Sky News et le Wall Street Journal. Mais, bien que certaines sources évoquent la collaboration de leurs services, les autorités des trois pays concernés n'ont pas souhaité confirmer l'existence de ce complot. En France, le plan Vigipirate reste au niveau rouge, avant le dernier niveau « écarlate ». En Allemagne, les autorités ont dit être « au courant » de projets « à long terme », mais pas imminents. Quant à la Grande-Bretagne, le ministère de l'Intérieur britannique considère que le pays reste confronté à « une menace terroriste réelle » et ne compte pas non plus relever son niveau d'alerte.
Selon les médias allemands, les informations faisant état d'un projet d'attentat proviendraient d'un Allemand, actuellement détenu sur la base américaine de Bagram en Afghanistan, et capturé cet été alors qu'il cherchait à regagner l'Europe. Pour la BBC, il s'agissait du « projet d'attaques le plus sérieux planifié par Al-Qaida ces dernières années ». A l'origine de l'initiative : des leaders du réseau, réfugiés au Pakistan et placés sous surveillance depuis quelque temps. Mais le continent européen n'était pas le seul à être visé. Les Etats-Unis figuraient également comme cible potentielle.