Français disparus en Bolivie: la police soupçonne un double meurtre

ENQUETE Leurs parents se rendent sur les lieux de leur disparition ce mercredi...

C.C. avec AFP

— 

Jérémie Bellanger, 25 ans, sa compagne Fannie Blancho, 23  ans, ont disparu depuis le 28 août dans le nord-est de la Bolivie, à Guayaramerin.
Jérémie Bellanger, 25 ans, sa compagne Fannie Blancho, 23 ans, ont disparu depuis le 28 août dans le nord-est de la Bolivie, à Guayaramerin. — DR

Un mois après la disparition d'un couple de Français en Bolivie, la police soupçonne un double meurtre, alors que les familles se rendent ce mercredi dans le nord-est du pays où la trace des deux jeunes gens a été perdue, accrochées «faute de preuves» à l'espoir qu'ils sont en vie.

Jérémie Bellanger, 25 ans, et Fannie Blancho, 23 ans, originaires de Loire-Atlantique, ont disparu au matin du 29 août dernier près de Guayaramerin, une bourgade reculée de la Bolivie amazonienne à 800 km de La Paz, sur la frontière avec le Brésil.

«Nous soupçonnons que le couple de Français est mort»

Ils avaient passé la nuit dans une fête locale, laissant l'enfant de 3 ans de Fannie avec leur logeuse. Puis ils se sont rendus dans l'hacienda d'un Bolivien, à 12 km de là. L'homme est le dernier à les avoir vus, mais affirme qu'ils ont quitté sa ferme au matin, et aurait entendu des voix d'inconnus avec eux.

«Nous soupçonnons que le couple de Français est mort» a déclaré le colonel Oscar Munoz, chef de la police criminelle (FLECC), cité par l'agence officielle bolivienne ABI. La police, a-t-il ajouté, suspecte qu'il y a pu avoir une forme d'abus sexuel sur la disparue Fannie Blancho, «avec lequel le principal suspect est resté seul dans son hacienda». Pour une raison inconnue, Jérémie était revenu brièvement, en moto le 29 au matin, chez leur logeuse où se trouvait l'enfant, avant de repartir chercher Fannie, selon la police locale.

Le propriétaire de l’hacienda laissé libre

Le propriétaire de l'hacienda, Jaime Martinez, a été entendu en qualité de suspect, mais laissé en liberté «faute d'éléments l'incriminant», a indiqué la semaine dernière le procureur de Guayaramerin. «L'hypothèse sur laquelle travaille la police est qu'une fois que Jérémie a découvert» la tentative de viol sur Fannie, «il a été assassiné» par le propriétaire de l'hacienda, qui est aussi le gérant de la discothèque où ils avaient passé une partie de la nuit, a ajouté le colonel Munoz.

Les familles, arrivées en Bolivie samedi, devaient voyager ce mercredi à Guayaramerin. Là, accompagnés d'un attaché de l'ambassade de France, ils entendent réemprunter le chemin parcouru par leurs enfants dans la nuit du 28 au 29 août, et tenter de relancer l'enquête, au point mort.

«Tout est imaginable»

«On veut essayer de faire bouger les choses sur place», a déclaré Patrick Bellanger. Ils devaient rencontrer la police locale, le procureur, déposer une plainte formelle, et tenter de recouper «des éléments de témoignages contradictoires».

«Tout est imaginable», a commenté Patrik Bellanger, père de Jérémie, ajoutant que pour les familles «un enlèvement paraît le plus probable. Il leur est forcément arrivé quelque chose, ils n'auraient jamais laissé l'enfant (de Fannie)». Celui-ci, récupéré le week-end dernier par son père biologique venu en Bolivie , a regagné la Loire-Atlantique mardi.