En France, plus de neuf foyers sur dix cotisent à une complémentaire santé.
En France, plus de neuf foyers sur dix cotisent à une complémentaire santé. — INNAMORATI / SINTESI / SIPA

Monde

les frais de santé ne cessent d'augmenter

Les frais de santé des Français augmentent à une vitesse folle. Entre 2001 et 2008, ils ont grimpé de moitié. Cette année-là, neuf millions de personnes ont même renoncé &agrav...

Les frais de santé des Français augmentent à une vitesse folle. Entre 2001 et 2008, ils ont grimpé de moitié. Cette année-là, neuf millions de personnes ont même renoncé à des soins, par manque d'argent. En 2001, se soigner correctement coûtait 407 € par personne. En 2008, 618 €.
Le timing était bien choisi, hier, quand l'UFC-Que choisir a dévoilé ces chiffres, résultats d'une étude préparée de longue date. Quelques heures plus tard, le gouvernement allait annoncer une baisse du remboursement de certains médicaments, pour limiter le déficit de la Sécurité sociale.

Les dérives du marché de la santé
C'est justement ce que dénonce l'association : le désengagement progressif de l'Etat. Selon elle, ce désengagement crée des « dérives » sur le marché de la santé. Il donne plus de pouvoir aux complémentaires privées, qui augmentent ensuite leurs tarifs, sans vraie justification.
Tout part du reste à charge, la portion des soins non remboursés par l'assurance-maladie. Les ménages doivent s'en acquitter seuls. Plus de neuf foyers sur dix cotisent donc à des complémentaires santé, telles les mutuelles ou les instituts de prévoyance. Mais celles-ci ont des offres « illisibles et impossibles à comparer », selon Grégory Caret, directeur des études à l'UFC. Et les hausses de cotisation peuvent être sans rapport avec le niveau de remboursement. Pire : « les complémentaires qui remboursent le moins sont celles qui ont gagné le plus de clients, grâce à leurs publicités notamment », assure Grégory Caret. Lui souhaite la mise en place d'« un indicateur du taux de redistribution », pour aider les ménages français à mieux s'y retrouver.Gilles wallon