Venezuela: Législatives test pour Hugo Chavez

POLITIQUE Le président vénézuélien espère conserver la majorité qualifiée des deux-tiers...

AFP

— 

Le président vénézuélien Hugo Chavez a condamné le mandat délivré par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, le décrivant comme "une horreur judiciaire et un manque de respect aux peuples du tiers monde".
Le président vénézuélien Hugo Chavez a condamné le mandat délivré par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, le décrivant comme "une horreur judiciaire et un manque de respect aux peuples du tiers monde". — Thomas Coex AFP/archives

C’est un scrutin test qui attend ce dimanche Hugo Chavez. Les Vénézuéliens renouvellent leur Parlement, et à deux ans de la présidentielle, le président vénézuélien se retrouvent face à une opposition impatiente de faire son retour après avoir boycotté les dernières législatives.

Pendant la campagne, «le président-député» a parcouru le pays, arborant sa chemise rouge dans de nombreux meetings pour appeler à «démolir la bourgeoisie apatride» et à voter pour les candidats «du peuple».

«Radicaliser» sa révolution socialiste

Toujours populaire malgré la hausse de la criminalité et l'inflation record, sans opposants de taille, le chef de file de la gauche latino-américaine est quasiment assuré de remporter la majorité des sièges, selon les sondages. Mais son objectif est de conserver la majorité qualifiée, les deux-tiers des sièges, pour «radicaliser» sans obstacles majeurs sa révolution socialiste au Venezuela, une puissance pétrolière possédant les 2e réserves de brut prouvées au monde derrière l'Arabie saoudite.

Ces cinq dernières années, après le boycott des législatives de 2005 par l'opposition, les partisans de Chavez ont contrôlé le Parlement à une écrasante majorité, ce qui a permis au président d'accélérer sa politique de nationalisations d'entreprises nationales et étrangères dans des secteurs clefs de l'économie, comme les hydrocarbures. 

Echauffement pour la présidentielle

L'opposition, elle, espère entrer en force au Parlement pour faire contrepoids. «Si Chavez gagne confortablement, nous allons (...) vers un projet d'étatisme exacerbé, où l'Etat engloutit la société», s'inquiète Margarita Lopez Maya, candidate du parti Patrie pour tous, dans l'opposition.

Les législatives sont aussi un échauffement pour l'élection présidentielle. «Cela sent 2012!», a dit le président, 56 ans, qui se dit «prêt» pour un nouveau mandat. Chavez, admirateur du leader de la révolution cubaine Fidel Castro et bête noire des Etats-Unis, a été réélu à trois reprises depuis 1998, avec de confortables majorités.