Espagne: l'ETA se dit «disposée» à un cessez-le-feu permanent

TERRORISME L'organisation basque confirme ses déclarations du 5 septembre dernier...

AFP

— 

Capture d'écran de la vidéo d'ETA diffusée sur le site du journal basque «Gara» et annonçant la fin des actions armées, le 5 septembre 2010.
Capture d'écran de la vidéo d'ETA diffusée sur le site du journal basque «Gara» et annonçant la fin des actions armées, le 5 septembre 2010. — Gara

La paix est-elle imminente au Pays Basque? L'organisation armée ETA est «disposée» à observer un cessez-le-feu permanent et vérifiable, et «même à aller plus loin», selon l'interview de deux de ses «représentants» publiée samedi par le site Internet du journal basque Gara.

«L'ETA est disposée à faire cette avancée», à savoir observer un cessez-le-feu permanent et vérifiable, «et même à aller plus loin si les conditions sont réunies pour cela», ont-ils déclaré au journal indépendantiste qui reçoit habituellement les communiqués de revendication du groupe armé. «L'objectif consiste à résoudre de façon démocratique le conflit politique (basque, ndlr), à refermer la plaie pour toujours, et cela nous oblige tous à agir avec responsabilité», ont ajouté les deux «étarras».

Un «scénario de paix»

Ces déclarations interviennent vingt jours après l'annonce par le groupe armé -responsable de la mort de 829 personnes en près d'un demi-siècle de violences- d'un cessez-le-feu aux contours flous que le gouvernement espagnol a qualifié d'insuffisant et a rejeté. Selon Gara, les deux représentants ont indiqué que l'arrêt des actions offensives tel qu'annoncé le 5 septembre avait un caractère durable.

«ETA veut avancer sur la voie de la résolution (du conflit basque, ndlr) de façon de plus en plus approfondie», ont-ils poursuivi. Les étarras ont aussi fait allusion à un «processus de dialogue» pour sortir du conflit avec la mise en place d'un groupe de discussions avec les «partis et les agents sociaux basques».

Un peu plus tôt samedi, l'ETA avait été pressée par sa vitrine politique, Batasuna, de montrer sa «volonté» de déposer «définitivement» les armes. Batasuna a souscrit un «accord pour un scénario de paix» avec son allié, le parti indépendantiste Eusko Alkartasuna et d'autres mouvements indépendantistes.

Batasuna veut revenir dans le jeu politique

Les partis signataires ont demandé à l'ETA «un cessez-le-feu permanent, unilatéral et vérifiable par la communauté internationale comme l'expression de la volonté de mettre définitivement un terme à son activité militaire». Ils ont parallèlement réclamé à l'Etat espagnol «l'abrogation de la Loi sur les partis politiques» qui a permis l'interdiction de Batasuna par la justice espagnole.

Batasuna, qui est interdit en Espagne depuis 2003 en raison de ses liens avec l'ETA dont il ne condamne pas explicitement la violence, cherche à revenir dans le jeu politique avant les élections locales basques de 2011.