Les négociations israélo-palestiniennes suspendues au gel de la colonisation

PAIX Israël préfère un gel partiel, ce que les Palestiniens refusent...

AFP

— 

POOL NEW / REUTERS

Les négociations sont-elles sur le point d’échouer? Les efforts se poursuivaient samedi pour tenter d'arracher un compromis entre Israéliens et Palestiniens, à quelques heures de la fin du gel de la colonisation juive en Cisjordanie qui pourrait briser le fragile dialogue de paix récemment relancé.

Les Etats-Unis exercent de fortes pressions, exhortant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas à «faire tous les efforts possibles» pour empêcher les négociations de s'interrompre.

L'incertitude entourait samedi matin la tenue d'une rencontre entre le président palestinien Mahmoud Abbas et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, après un entretien d'une vingtaine de minutes vendredi soir qui n'avait rien apporté de nouveau, selon Abbas.

Le moratoire sur la colonisation prolongé?

Il n'y a pas de rencontre «prévue à ce stade», a indiqué Philip Crowley, le porte-parole du département d'Etat. A l'inverse, dans l'entourage du président palestinien, on indiquait dans la matinée qu'une rencontre devait avoir lieu après le discours que Mahmoud Abbas devait prononcer devant l'assemblée générale des Nations unies vers 12h30 locales.

De son côté, Benjamin Netanyahu a demandé à son ministre de la Défense, Ehud Barak, un modéré au sein du gouvernement de droite, de prolonger sa visite à New York pour participer aux efforts en vue d'un arrangement.

Afin de sauver les négociations de paix, la communauté internationale -le président Barack Obama en tête- a expressément demandé à Netanyahu de prolonger le moratoire sur la construction dans les implantations juives de Cisjordanie décrété il y a dix mois et qui arrive à échéance dimanche.

Abbas ne veut pas d’un gel partiel

Parallèlement, les Américains ont pressé les Palestiniens de «ne pas utiliser la menace de quitter» les négociations. Washington a proposé une prolongation de trois mois du moratoire, le temps de parvenir à une entente sur les frontières, formule que soutiennent les négociateurs palestiniens, selon des sources palestiniennes.

Israël, par la voix d'un haut responsable gouvernemental, s'est dit vendredi «disposé à parvenir à un compromis agréé par toutes les parties» tout en soulignant qu'«il ne saurait y avoir zéro construction» dans les colonies. Soumis aux pressions des ultra nationalistes de sa coalition gouvernementale et du lobby des colons, Netanyahu a plus ou moins exclu de prolonger le moratoire au-delà de la date prévue.

Toutefois, à New York, le président Abbas a fait savoir qu'il ne se contenterait pas d'une «solution partielle», d'un compromis qui ne garantirait pas un «arrêt total» de la colonisation.

>> En raison des débordements sur ce type de sujets, nous le fermons aux commentaires. Merci de votre compréhension.