Polémique dans une école belge qui sépare enfants flamands et d'origine étrangère

AFP

— 

Le directeur d'une école en Flandre (nord de la Belgique) s'est défendu vendredi d'organiser un système d' «apartheid» dans son établissement, après que la presse a révélé que les élèves flamands et ceux d'origine étrangère étaient placés dans des classes différentes.
Deux classes de l'école primaire Onze-Lieve-Vrouw de Lokeren, une ville située entre Anvers et Gand, ne comptent que des élèves étrangers ou belges d'origine étrangère, tandis que les élèves «autochtones» sont regroupés dans une autre classe, a reconnu son directeur, Luc Audenaert, confirmant une information de la télévision locale TV Oost.
Le directeur de l’école explique le regroupement des élèves flamands par le souci d'éviter qu'ils ne quittent l'école, qui compte déjà quelques 70% d'enfants d'origine étrangère.