Négociations israélo-palestiniennes: la France souhaite une implication de l’UE

AFP

— 

«Une plus grande association du Quartet et de l'Union européenne» aux négociations directes entre Israéliens et Palestiniens «permettrait de renforcer ses chances de succès», a estimé mardi le ministère des Affaires étrangères.
Le sommet mardi de Charm el-Cheikh en Egypte, réunissant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, «est une nouvelle étape positive», a noté lors d'un point de presse le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero.
Le Quartet réunit les Etats-Unis, la Russie, l'Onu et l'UE. Il était représenté début septembre à la reprise aux Etats-Unis des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens, par son émissaire, Tony Blair. La France avait en revanche critiqué l'absence d'un représentant de l'Union européenne en tant que telle à ces premiers entretiens.