Grande-Bretagne: Il tue sa femme, prétextant un jeu sexuel qui aurait mal tourné

FAIT-DIVERS Elle venait de découvrir qu'il la trompait...

Corentin Chauvel

— 

Malgré toutes les précautions et subterfuges du monde, il est toujours délicat de maquiller un meurtre. Pour Michael Roberts, jeune britannique de 26 ans, c’est un jeu sexuel ayant mal tourné qui a provoqué la mort de sa femme. Mais les faits mis en lumière durant son procès, qui a débuté jeudi à Liverpool, sont accablants, rapporte le quotidien The Independent

«Pour beaucoup de gens, ils représentaient le couple parfait»

Après seulement cinq mois de mariage, Michael Roberts, assistant manager dans une boutique de téléphones portables à Runcorn (ouest de l’Angleterre), a étranglé Vicky, son épouse de 25 ans, à la fin du mois de novembre dernier. Elle venait d’être mise au courant des infidélités de son mari, avant et après leur union.

«Pour beaucoup de gens, et en particulier leur famille respective, ils représentaient le couple parfait, mais malheureusement, la réalité était autrement différent», a déclaré David Steer, avocat de l’accusation, au quotidien britannique qui relate l’histoire dans les moindres détails.

Adepte de méthodes «brutales»

Michael Roberts, qui nie le meurtre, avait d’abord commencé à fréquenter Kerrie Hall, une collègue de travail, plusieurs mois avant son mariage. D’après elle, leur relation était «purement sexuelle» et Michael Roberts était adepte de méthodes «brutales».

Puis, deux mois avant son mariage, Michael Roberts a rencontré Karen Wilson, une autre collègue. Une nouvelle aventure a alors débuté pour le vendeur de téléphones portables. Mais fin octobre, Vicky Roberts a commencé à se poser des questions, trouvant des preuves de cette relation extraconjugale sur Facebook et sur le téléphone portable de son mari.

Etranglée avec le cordon d’un peignoir

Quelques semaines avant sa mort, Vicky Roberts et son mari faisaient chambre à part même si l’épouse, très amoureuse, «faisait de son mieux pour surmonter les problèmes qui existaient entre eux», a ajouté l’accusation. Son mari sans doute pas.

D’après le jeune homme, le drame s’est déroulé alors qu’ils faisaient l’amour. Vicky Roberts se serait mis le cordon d’un peignoir autour du cou, demandant à son époux de le serrer à plusieurs occasions. Elle en est morte.

Il prétend à ses proches que sa femme l’a quitté

Accident ou pas, plusieurs heures après le drame, Michael Roberts a passé plusieurs longs coups de téléphone avec Karen Wilson qui a indiqué qu’elle n’avait rien remarqué de différent dans sa façon d’être. «Sa femme était morte et il était capable de parler au téléphone, se comportant comme si rien ne s’était passé», a renchéri David Steer.

La défense de Michael Roberts risque d’être d’autant plus compromise qu’il a passé les jours suivants le drame à cacher la mort de sa femme, notamment en envoyant des SMS avec le téléphone de celle-ci et en créant des discussions entre eux par téléphones interposés. Il a fini par déclarer à son patron que sa femme l’avait quitté pour un autre.

«Je vous attendais»

Une caméra de surveillance l’a également filmé dans un magasin, achetant des éponges, du papier d’emballage, du ruban adhésif ainsi que des sacs poubelle, afin de déplacer le corps de sa femme du grenier au garage de leur maison.

Plusieurs jours plus tard et alors qu’ils étaient sans nouvelle de leur fille, les parents de Vicky Roberts ont commencé à s’inquiéter, son mari leur assurant simplement qu’elle l’avait quitté. Le père de la jeune femme a tout de même reporté sa disparition à la police qui, à sa deuxième visite de la maison du couple, a fini par trouver le corps de Vicky Roberts. Malgré sa tentative de fuite, Michael Roberts a été arrêté une semaine après le meurtre, à Wrexham. Quand les policiers l’ont interpellé, l’époux infidèle leur a déclaré: «Je vous attendais.»