Portugal: verdict attendu dans le procès du scandale pédophile de la Casa Pia

C. F. avec AFP

— 

La Casa Pia à Lisbonne (Portugal), un institut pour enfants défavorisés au coeur d'un vaste scandale de pédophilie.
La Casa Pia à Lisbonne (Portugal), un institut pour enfants défavorisés au coeur d'un vaste scandale de pédophilie. — Francisco Seco/AP/SIPA

Epilogue pour le procès fleuve de la Casa Pia. La justice portugaise doit rendre ce vendredi son verdict dans cette gigantesque affaire de pédophilie. Six hommes et une femme sont jugés depuis novembre 2004 pour des centaines de crimes sexuels commis sur 32 mineurs.

La séance devait s'ouvrir à 10h30 mais, selon plusieurs intervenants du procès, la lecture des conclusions du jugement, qui compterait dans son ensemble des milliers de pages, pourrait prendre plusieurs heures.

>> Le procès à suivre minute par minute sur le site du Correio da Manha

Pour les victimes comme pour les accusés, l'attente aura été longue. Près de huit ans se sont écoulés depuis qu'un interne de la Casa Pia a pour la première fois affirmé à la presse avoir été violé par un employé de cette institution publique accueillant des jeunes et des enfants en difficulté.
 
La loi du silence brisée, des dizaines de jeunes garçons avaient alors dénoncé l'existence d'un réseau pédophile et impliqué plusieurs personnalités médiatiques et politiques, dont certaines ont depuis été blanchies.

Principal accusé de ce procès-fleuve, au cours duquel près de 1.000 témoins et experts ont été entendus, un ancien chauffeur et jardinier de la Casa Pia répond de plus de 600 crimes d'abus sexuels sur mineurs et d'incitation à la prostitution. Il est à ce jour le seul à avoir reconnu les faits.
 
Les victimes désabusées par le système judiciaire

Comme ses co-accusés, dont un ancien présentateur vedette de la télévision portugaise, il comparaît libre depuis l'expiration des délais légaux de la détention préventive.
 
Parmi les victimes, désabusées par un procès qui est devenu le symbole des défaillances du système judiciaire portugais, moins d'une dizaine étaient attendues ce vendredi au tribunal de première instance de Lisbonne.