Le preneur d'otages Rolando Mendoza, à Manille, aux Philippes, regarde par la fenêtre du bus où il détient 16 personnes, lundi 23 août 2010.
Le preneur d'otages Rolando Mendoza, à Manille, aux Philippes, regarde par la fenêtre du bus où il détient 16 personnes, lundi 23 août 2010. — Romeo Ranoco / Reuters

DECRYPTAGE

Manille: Retour sur une prise d'otages sanglante

Au moins huit touristes hongkongais ont été abattus...

Un forcené a pris en otage un bus de touristes hongkongais lundi soir en plein centre de Manille. L’intervention des policiers et sa fin sanglante, a été diffusée en direct aux Philippines et sur les chaînes d’informations française. 20minutes.fr fait le point.  

Comment l’homme a-t-il pris le bus en otage?
Le forcené est monté dans le bus, transportant à l’origine une vingtaine de touristes hongkongais, lorsqu’il était garé à proximité d’un parc du centre ville de Manille, le Rizal Park. Il était armé d’un fusil d’assaut M16. Très vite, des unités spéciales sont arrivées sur place. Les touristes hongkongais devaient rentrer dans la soirée chez eux.

Qui est le forcené et que voulait-il?
Rolando Mendoza est un ancien policier de 55 ans, limogé de la police en 2008 en raison d’accusation de viol, d’extorsion et d’infractions liées à la drogue. Il avait été honoré en 1986 comme l'un des dix meilleurs officiers du pays. L’ancien flic n’a réclamé aucune rançon, seulement de parler à la presse et de… récupérer son poste.

>>Lire ici l'interview de Sophie Boisseau du Rocher, chercheur à l'Asia Centre de Paris sur le sujet.

Quel est le bilan?
Difficile de le savoir puisque le nombre de touristes restant dans le bus lors de l’assaut de la police n’est pas précisé – ils étaient une quinzaine. Au fil des douze heures qu’a duré la prise d’otage, le forcené a libéré sept touristes, dont un homme âgé et trois enfants, ainsi que deux Philippins. Par ailleurs, le conducteur du bus a réussi à s’échapper par une fenêtre. Au moins huit touristes ont été tués, d’après la police. Quatre otages sont sortis vivants du bus. Un est grièvement blessé. Le sort des autres est incertain. La police de Manille n'est pas en mesure de donner un bilan précis du nombre de personnes tuées et de celles qui ont survécu. Mais le gouvernement de Hong Kong a confirmé la mort de sept de ses ressortissants, se déclarant «très déçu» par l'issue de la prise d'otages.

Comment s’est déroulé l’assaut des forces spéciales philippines?
Pas très bien, d’après les images diffusées par la télévision locale. On y voit une unité d’action apparemment peu efficace qui, pendant de très longues minutes, tentent de casser la vitre arrière du bus avec une massue, puis finalement décide de s’attaquer à la porte avant du bus, puis ensuite à un côté. Un policier a tenté de rentrer par une fenêtre mais il a illico rebroussé chemin. L’assaut a été donné après de longues heures de négociations mais alors que le preneur d’otage menaçait de tuer tous les otages si la police approchait. Finalement, il a été abattu par un tireur d’élite alors qu’il tentait d’utiliser les otages comme «bouclier humain». On ne sait, dans l'immédiat, si les otages ont été tués dans les dernières minutes de l'assaut ou au fil des heures.