Prise d'otages à Manille: Revivez l'assaut des forces de l'ordre en direct

PHILIPPINES Le preneur d'otage a été tué, il y a au moins 4 survivants...

O.R. avec AFP

— 

Une vingtaine de touristes hong-kong ont été retenus en otage dans leur bus, à Manille, aux Philippines, lundi 23 août 2010.
Une vingtaine de touristes hong-kong ont été retenus en otage dans leur bus, à Manille, aux Philippines, lundi 23 août 2010. — AFP PHOTO/NOEL CELIS

>> Lire la synhtèse sur la prise d'otage.

Dernière info: Au moins cinq touristes hongkongais ont été tués dans la prise d'otages, d'après un médecin.

16h30: «Pour le moment, nous avons recensé cinq victimes. Quatre sont décédées, une est dans un état critique», a déclaré à l'AFP Faith Gaerlan, chef des urgences de l'hôpital de Manille. Quatre otages ont quitté l'autocar vivants, après l'assaut de la police. Le sort de six autres otages restait incertain.

16h10: «On voit que ce sont des gens (les policiers qui ont donné l'intervention, ndr) qui ne sont pas des spécialistes. Ils n'ont pas utilisé les bonnes méthodes», a indiqué à 20minutes.fr une source au GIGN qui, comme le Raid, s'est refusé à tout autre commentaire à chaud sur l'événement.

15h50: «Le problème est qu'il avait été injustement renvoyé de son service. Il n'y a pas eu de procédure régulière, pas d'audience, pas de plainte», a indiqué Gregorio Mendoza, le frère du preneur d'otages, à l'agence Reuters, avant d'être interrogé par la police. 

15h31: Plusieurs feuilles de papier étaient collées sur les vitres du bus. Le message «Grave erreur à corriger, une très mauvaise décision» figurait sur l'une d'entre elles, collée sur la porte d'entrée du bus, d'après l'agence Reuters. Sur d'autres étaient détaillées des éléments sur sa situation professionnelle.

15h20: La police confirme que le preneur d'otages a été tué. «Il est mort. Il a été contraint de se retrancher à l'avant du véhicule quand les forces spéciales de la police ont attaqué par l'arrière», a déclaré à l'AFP le superintendant Nelson Yabut.

14h56: Une femme sort en larmes du bus. L'organisation des secours semble complètement anarchique. Tout se déroule devant des badauds et surtout devant les caméras du monde entier... Aucune pudeur pour les otages. Certains sont sortis du bus, sans précaution, par les policiers, et non par du personnel médical.

14h51: Des secouristes parviennent enfin à entrer dans le bus, pour aller voir les victimes. Des blessés? Des survivants ? On l'ignore pour le moment. Des personnes sont évacuées, sans qu'on sache si elles sont en vie ou non.

14h47: des passants regardent ce qu'ils se passent, les ambulances et les policiers arrivent, mais ont du mal à s'approcher du bus. C'est la confusion.

14h46: Au moins deux personnes sont sorties du bus, vraisemblablement en vie. Le preneur d'otages, lui aurait été abattus par les forces de l'ordre.

14h43: Tout le monde arrive devant le bus, sans doute des journalistes, des badauds, des forces de l'ordre.

14h40: On dirait qu'il y a de la fumée à l'intérieur du bus. Le corps d'un homme pend depuis la porte du car. Les forces de l'ordre, armées, arrivent. Ils font des signe à leurs collègues au loin.

14h36: une page Facebook du preneur d'otages a déjà été créée. Il a déjà «938 fans»...

14h29: On ne voit plus de forces spéciales autour du bus. La prise d'otages est-elle terminée? Ce n'est pas clair. On semble distinguer une forme humaine immobile derrière une vitre du bus, sans savoir s'il s'agit d'une victime.

14h28: La retransmission semble interrompue. On voit des ambulances qui évacuent des blessées.

14h23: Des coups de feu ont été tirés depuis le bus. On voit une série d'impacts de balles.

14h23: le conducteur a pu s'échapper par la fenêtre avant l'intervention de la police.

14h20: une ambulance arrive sur place.

14h18: Plusieurs forces de l'ordre entrent dans le bus et ressortent aussi tôt. Le preneur d'otages a dû répliquer.

14h14: les membres des forces spéciales ont créé une ouverture à l'arrière du bus, ils peuvent regarder dedans. Rien ne bouge à l'intérieur du bus. Difficile de savoir si des otages sont encore en vie. «Je vois des policiers arriver, je sais qu'ils sont venus me tuer, ils feraient mieux de partir, car je peux faire la même chose», a déclaré le preneur d'otages.

14h11: Le preneur d'otages exige de récupérer son emploi et de parler à la presse. Pendant ce temps-là, les forces spéciales sont en train de fixer une corde sur la porte du bus.


Le preneur d'otages regarde par la fenêtre du bus.

14h05: Les forces spéciales, protégées par des casques et des boucliers continuent à entourer le bus, alors qu'un véhicule s'est garé à l'arrière du bus.

14h04: un tir de feu semble avoir été tiré par les forces de l'ordre.

14h: Un autre membre des forces spéciales s'attaque à la hache à la porte du bus. On a l'impression qu'ils ne savent pas par où entrer, alors que les clignotants du bus continuent à fonctionner.

13h55: Des impacts, sans doute de balles, sont visibles sur les vitres du véhicules.

13h51: Les forces spéciales tentent désormais d'entrer par l'avant du bus. Selon CNN, tous les otages seraient morts.

13h47: Selon le site Philstar.com, tous les otages seraient morts.

En direct à la télévision philippine, retransmise sur I-Télé, les forces spéciales attaquent le bus à coup de masse, pour tenter de casser les vitres. C'est laborieux et pas très discret.

13h43: Les policiers interviennent contre le bus, selon la télévision philippine.

13h42: le preneur d'otages affirme avoir tué deux otages.

Seize touristes originaires de Hong Kong ont été pris en otages lundi à bord d'un bus dans la capitale philippine Manille par un ancien policier armé d'un fusil d'assaut qui a libéré sept personnes, dont trois enfants, a indiqué la police. Et si la police approche, il assure qu'il va tous les tuer. Peu après cette annonce, des coups de feu ont été entendus.

Ces six passagers ont été libérés un peu plus de trois heures après le début de la prise d'otages, a précisé le porte-parole de la police nationale, le commissaire Agrimero Cruz, alors que la télévision suit en direct la scène.

Au moins 22 touristes de Hong Kong étaient à bord du bus au moment de la prise d'otages, selon la police. Ce sont apparemment les seuls occupants du bus, dont le conducteur se trouve également à bord.

«Les négociations se poursuivent»

Le bus était garé près d'un parc quand le preneur d'otages, identifié comme Rolando Mendoza, un ancien inspecteur renvoyé en 2008 de la police, est monté à bord, a indiqué de son côté le chef de la police de la ville, Leocadio Santiago, à la radio DZBB de Manille.

«Il y a des enfants et des adultes à bord du bus», a-t-il dit, ajoutant que «le preneur d'otages est armé d'un fusil d'assaut M16».

«Les négociations se poursuivent», a précisé Agrimero Cruz.

«Nous sommes très inquiets»

«Nous n'avons jamais connu cela avant, nous sommes très inquiets», a déclaré Jospeh Tung, directeur général du Conseil du tourisme de Hong Kong.

Le groupe de touristes devait rentrer à Hong Kong en fin de journée à l'issue d'un voyage de trois jours.

Selon Joseph Tung, 20 personnes, âgées de 4 à 72 ans, avaient pris place dans le bus, ainsi qu'un accompagnateur hongkongais et un guide local.

Renvoyé de la police

Rolando Mendoza, policier décoré, avait été renvoyé en 2008 de la police après avoir été accusé de vol, d'extorsion et d'infractions liées à la drogue.

Des images télévisées montraient le bus garé devant une tribune du Rizal Park, un endroit prisé des touristes au coeur de Manille, non loin du quartier général de la police.

Quelques heures avant la prise d'otages, un ressortissant sud-coréen avait été abattu dans un autre quartier de Manille par des hommes armés. La police a affirmé qu'il n'y avait aucun lien entre les deux affaires.