La Russie lance un appel d'offres pour la construction de deux navires de guerre

TENSIONS Pourtant, jusqu'alors, Paris et Moscou étaient en «négociations exclusives»...

avec AFP

— 

La France a renoncé à décharger un navire d'aide en Birmanie, face au refus des autorités birmanes, et achemine cette cargaison en Thaïlande, selon les ministères de la Défense et des Affaires étrangères qui se sont dit "particulièrement choqués" par l'attitude de la junte.
La France a renoncé à décharger un navire d'aide en Birmanie, face au refus des autorités birmanes, et achemine cette cargaison en Thaïlande, selon les ministères de la Défense et des Affaires étrangères qui se sont dit "particulièrement choqués" par l'attitude de la junte. — Eric Estrade AFP/Archives

Déconvenue pour la construction navale française. La Russie a lancé un appel d'offres international pour deux navires de guerre de la classe du français Mistral sur lesquels Paris et Moscou étaient jusqu'alors en «négociations exclusives», a annoncé vendredi le ministre russe de la Défense, cité par les agences russes.

«Nous avons lancé un appel d'offres international pour la construction de porte-hélicoptères», a déclaré le ministre, Anatoli Serdioukov, précisant que la Russie comptait se doter de deux navires de cette classe.

Décision pourtant «certaine» selon Nicolas Sarkozy

Paris et Moscou avaient annoncé en mars des «négociations exclusives» pour l'achat de ce porte-hélicoptères. En juillet, le président français Nicolas Sarkozy avait annoncé que la décision de construire en France deux Mistral pour la Russie était «certaine».

Le ministre russe a souligné que le constructeur français du Mistral pourrait participer à cet appel d'offres, dont les résultats seront rendus publics à la fin de l'année. Il s'exprimait en marge d'une visite du président russe Dmitri Medvedev à Erevan.

Le ministre a ainsi confirmé une information de presse publiée jeudi. La holding russe des chantiers navals OSK, partenaire potentiel des constructeurs étrangers comme la France ou le sud-coréen Daewoo, avait confirmé jeudi que la Russie s'apprêtait à lancer un appel d'offres.