Roms: La Ligue du Nord italienne salue la politique de Nicolas Sarkozy

IMMIGRATION Le parti d'extrême-droite estime que c'est un exemple à suivre pour l'Italie...

C.C. avec AFP

— 

C.SIMON / AFP

Il n’est pas certain que Nicolas Sarkozy soit fier de ce soutien, mais le parti d’extrême-droite de la Ligue du Nord, principal allié de Silvio Berlusconi, a estimé ce jeudi que la politique adoptée par le chef de l’Etat français vis-à-vis des Roms était la «ligne juste à suivre» et devrait servir d'exemple à l'Italie.

«Il faut donner un signal fort pour éviter que cela se produise»

«Nous devons intervenir au plus vite, dans la mesure où le risque est que les Roms expulsés de France se dirigent aussitôt vers l'Italie», a déclaré Claudio d'Amico, député de la Ligue du Nord, un parti populiste qui fait partie de la coalition gouvernementale de Silvio Berlusconi.

«Il faut donner un signal fort pour éviter que cela se produise», a-t-il affirmé. «Qu'il soit clair pour tous, Roms et non-Roms, que dans notre pays, ceux qui vivent d'expédients et de violations de la loi ne sont pas tolérés et ne doivent plus remettre les pieds sur notre territoire», a-t-il souligné.

Un début de fichage des Roms

En Italie, les Roms ont également été au centre des débats sur l'immigration et la sécurité. En juillet 2008, l'Italie avait commencé à ficher les habitants des camps de nomades, en relevant leurs empreintes digitales, mais aussi leur ethnie et leur religion.

Ce durcissement dans la politique à l'égard des Roms résultait notamment du choc dans l'opinion publique provoqué par le meurtre sanglant à Rome de la femme d'un officier de marine italien en octobre 2007 par un Roumain d'origine rom. A la suite de ce fait divers, le sujet de la sécurité avait été au coeur de la campagne pour les élections législatives de 2008 remportées par Silvio Berlusconi.