Antilles: l'épidémie de dengue s'intensifie

DECRYPTAGE En Guadeloupe, le niveau de l'épidémie est supérieur au pic de 2007...

Julie Rasplus, avec AFP

— 

Le moustique aedes aegypti est le principal vecteur du virus de la dengue
Le moustique aedes aegypti est le principal vecteur du virus de la dengue — AP/SIPA

Les moustiques ne lâchent pas les Antilles. Depuis l’hiver, les populations de Martinique et de Guadeloupe sont confrontées à une importante épidémie de dengue. Une situation qui s’accentue dans certaines régions et qui devrait encore durer, selon les derniers bilans de la Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) Antilles-Guyane.

Quelle est la situation actuelle?

La Guadeloupe a été la première région touchée par le virus, en décembre 2009 soit une «période inhabituelle». Le nombre de cas «cliniquement évocateurs» a augmenté par paliers avant de s’accentuer au cours des deux dernières semaines de juillet. Le nombre de personnes ayant consulté un médecin pour des symptômes de dengue est alors monté à 2.900, selon la Cire Antilles-Guyane. Le niveau de l’épidémie a ainsi «largement dépassé le pic observé au cours de l’épidémie de 2007».

Même situation du côté de la Martinique. Depuis que l’épidémie a commencé, en février dernier, les médecins ont recensé 18.110 cas «évocateurs». C’est dans cette région que le nombre de décès est le plus élevé. Selon les chiffres délivrés dans le bilan de la Cire, neuf personnes seraient mortes pour des raisons directement et indirectement liées à la dengue, dont six rien qu’au mois de juillet. Les hospitalisations liées à la maladie ont également doublé entre juin et juillet, passant de 87 à 172.

L’épidémie a par ailleurs été confirmée à Saint-Martin.

Qu’est-ce que la dengue?

Cette «grippe tropicale» se transmet par des moustiques du genre Aedes. Cette maladie infectieuse aiguë provoque une forte fièvre, accompagnée de maux de têtes, de courbatures et d’une sensation de fatigue. Elle peut évoluer vers des formes plus sévères, tels qu’une dengue hémorragique pouvant provoquer la mort.

Comment se protège-t-on?

Il n’existe ni vaccin ni traitement spécifique pour prévenir ou soigner la dengue. L’InVS rappelle que la maladie est le plus souvent bénigne: les symptômes disparaissent en deux à cinq jours.

Pour limiter les risques d’infection, la Cire Antilles-Guyane recommande «l’utilisation de répulsifs et de moustiquaires» afin de se protéger des piqûres mais aussi d’éliminer les lieux où les moustiques se reproduisent, comme les réservoirs d’eau.