Incendies en Russie: l'état d'urgence a été levé dans trois régions sur sept

SINISTRE Mais des sites nucléaires sont toujours menacés...

C.C. avec AFP

— 

V.DRACHEV / AFP

Le président Dmitri Medvedev a levé ce jeudi l'état d'urgence dans trois des sept régions russes touchées par les incendies de forêt, mais la situation restait tendue près du centre nucléaire de Sarov, et on craignait ailleurs la propagation des retombées de Tchernobyl.

>> Nos décryptages sur les conséquences des incendies sur les sites nucléaires, c'est ici et

«L'état d'urgence est maintenu dans quatre territoires: les régions de Mordovie, de Moscou, de Nijni Novgorod, de Riazan», il est levé «dans les régions de Vladimir, de Mari El et de Voronej», des régions de la Russie occidentale et centrale, a déclaré Dmitri Medvedev lors d'une réunion à Taganrog, dans le sud-ouest du pays.

Plus de 800.000 hectares ravagés

Le ministère russe des Situations d'urgence a également indiqué ce jeudi avoir réduit à 81.000 hectares la surface des incendies de forêt qui font rage dans le pays depuis la fin juillet, ravageant au total plus de 800.000 hectares et faisant 54 morts selon un bilan officiel.

>> Notre diaporama sur les incendies en Russie, c'est par ici

Pour autant, les sites nucléaires russes sont à nouveau en danger. En Ukraine, l'incendie, qui touche deux hectares depuis lundi à 60 kilomètres au sud de la centrale nucléaire accidentée, «ne présente pas de danger» et «sera éteint ce jeudi ou vendredi», a cependant affirmé un porte-parole du ministère des Situations d'urgence.

Un train spécial, équipé de citernes

A Sarov, «pour combattre le feu qui se propage dans le district Pervomaïski, un train de pompiers a été placé sur la voie menant» à la ville, interrompant le trafic, a indiqué la cellule de crise locale dans un communiqué placé sur le site de l'Agence fédérale de l'énergie nucléaire.

Selon l'agence Interfax, qui cite des informations du ministère des Situations d'urgence sur place, le feu progresse vers la voie ferrée et la présence du train spécial, équipé de citernes avec de grandes quantités d'eau, et de lances puissantes, vise à contenir sa propagation vers le centre nucléaire.

Les matières fissiles et explosives évacuées puis remises en place

Les incendies de forêt qui font rage dans la partie occidentale de la Russie se sont rapprochés la semaine dernière de ce centre nucléaire. Après avoir nié tout danger, les autorités avaient affirmé le 4 août dernier avoir évacué toutes les matières fissiles et explosives du centre. Elles ont indiqué lundi avoir remis en place ces équipements, les incendies étant officiellement maîtrisés.

Pour ailleurs, les autorités russes ont assuré ce jeudi que le niveau de radioactivité dans le pays ne s'était pas écarté de la norme avec les incendies, notamment dans les zones de l'ouest du pays contaminées en 1986 par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

«Nulle part en Russie n'a été enregistré de hausse du niveau de radiation liée à la propagation de résidus de combustion»

«Nous avons un maillage serré de monitoring, et nous menons une surveillance renforcée. Nulle part en Russie n'a été enregistré de hausse du niveau de radiation liée à la propagation de résidus de combustion», a déclaré le directeur-adjoint du service fédéral de météorologie, Valeri Diadioutchenko, cité par Interfax.

Mais l'expert Alexeï Iablokov, un ancien responsable de l'écologie au Conseil de sécurité russe, a cependant souligné ce jeudi que les particules radioactives pouvaient se propager sur des centaines de kilomètres. «Si la région de Briansk brûle, les particules peuvent se retrouver dans la région de Novgorod (nord-ouest), à Moscou, voire dans certaines conditions en Europe de l'Est», a-t-il indiqué, cité par Interfax.