Flottille: Israël refuse que ses militaires soient interrogés par des experts de l'ONU

PROCHE-ORIENT Une enquête internationale sur l'assaut meurtrier doit débuter ce mardi...

avec AFP

— 

Le raid de l'armee israelienne contre une flottille humanitaire le 31 mai 2010 a provoque un tolle de la communaute internationale et des heurts, notamment à Jerusalem.
Le raid de l'armee israelienne contre une flottille humanitaire le 31 mai 2010 a provoque un tolle de la communaute internationale et des heurts, notamment à Jerusalem. — A. GHARABLI / AFPU. SINAI / EPA / SIPA

Israël a menacé ce mardi de ne pas coopérer avec le groupe d'experts de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assaut meurtrier contre une flottille d'aide à Gaza si ce panel demande que des militaires impliqués dans cette opération, qui a fait neuf morts, soient interrogés.

«Le Premier ministre (Benjamin Netanyahu) a clairement fait savoir qu'Israël ne coopérera pas et ne participera pas à une commission qui demanderait à interroger des soldats», a prévenu Nir Hefetz, porte-parole de M. Netanyahu à la radio militaire.

Des négociations intensives en coulisses

«Avant qu'Israël annonce sa participation à cette commission, nous nous sommes assurés lors de négociations intensives en coulisses que le mandat de cette commission soit équitable, responsable et ne porte pas atteinte aux intérêts vitaux et de sécurité de l'Etat d'Israël», a ajouté le porte-parole.

Ces déclarations contredisent les propos tenus lundi par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui a démenti l'existence d'un accord excluant que le groupe d'experts, dont les travaux doivent débuter ce mardi, puisse interroger des membres des commandos israéliens.

Israël affirme avoir agi conformément au droit international

Neuf Turcs avaient été tués dans les heurts avec les commandos israéliens lors de l'abordage du ferry turc Mavi Marmara, dans les eaux internationales le 31 mai dernier, alors que le navire tentait de forcer le blocus israélien autour de la bande de Gaza contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas. Israël assure que les membres du commando n'avaient fait que se défendre face à l'agression qu'ils avaient essuyée au moment de l'assaut.

Benjamin Netanyahu avait affirmé lundi qu'Israël avait agi conformément au «droit international» lors de l'assaut à l'occasion de la première audience d'une commission d'enquête israélienne devant laquelle le ministre de la Défense Ehud Barak a entamé ce mardi sa déposition. Le chef d'état major le général Gaby Ashkenazi doit pour sa part être entendu mercredi.

Un Israélien et un Turc parmi les experts de l’ONU

Le mandat de la commission, composée de cinq membres israéliens et de deux observateurs internationaux, est limité. Elle doit examiner notamment les aspects juridiques de l'assaut au regard du droit international. Benjamin Netanyahu a dû accepter sous la pression internationale la formation par l'ONU d'un panel de quatre experts, dont un Israélien et un Turc.

Une commission militaire israélienne avait reconnu le 12 juillet que l'armée avait commis des «erreurs» lors de la planification et l'exécution du raid tout en justifiant le recours à la force. Ankara a également constitué sa propre commission de même que le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU de Genève, ainsi que le contrôleur de l'Etat israélien Michaël Lindenstrauss.