L'incroyable périple d'Ed Stafford, premier homme à descendre l'Amazone à pied

AVENTURE L'Anglais a gagné son pari, au prix de piqûres et morsures d'animaux, d'attaques de tribus locales, et même d'un peu de prison...

J. M. avec AFP

— 

L'Anglais Ed Stafford est le premier homme à avoir descendu le fleuve Amazone à pied.
L'Anglais Ed Stafford est le premier homme à avoir descendu le fleuve Amazone à pied. — CB2/ZOB/WENN.COM/SIPA

Il l'a fait. Ed Stafford, un Anglais de 34 ans, a annoncé ce lundi sur Twitter qu'il était devenu le premier homme à avoir descendu l'Amazone à pied sur toute sa longueur, après un périple de 6.500 km en plus de deux ans, motivé par la seule envie d'entrer dans l'histoire, et ponctué de multiples péripéties.

Parti le 2 avril 2008, Ed Stafford a en effet dû surmonter 50.000 piqûres de moustiques, des centaines de piqûres de guêpes, sans parler des morsures de vipères ou de scorpions ni des attaques d'anaconda et d'anguilles électriques.

Emprisonné et attaqué par les Indiens

Injustement accusé de meurtre par deux fois, l'Anglais a également été emprisonné. Des Indiens d'Amazonie ont même décoché leurs flèches contre lui.  Des mésaventures que cette aventurier moderne a consigné sur son blog et son compte Twitter.

Mais Ed Stafford a bien failli ne pas aller au bout de son périple. A la veille de son arrivée, il raconte qu'il s'est effondré, terrassé par la fatigue. Mais, soutenu par son compagnon de route «Cho», l'Anglais a mené son pari à terme.

Une région «infestée de trafiquants de drogue et de tribus hostiles»

Ces 5 derniers mois, en effet, Ed Stafford a été rejoint par un travailleur forestier péruvien, Gadiel Cho Sanchez Rivera. «J'ai commencé à marcher avec Ed, d'abord parce que j'estimais que j'avais la responsabilité d'aider ce fou à traverser une région très dangereuse».

Cho raconte en effet que la zone est «infestée de trafiquants de drogue et de tribus hostiles». Et que, chemin faisant Mais, il s'est «mis à vraiment apprécier cette vie» et que les deux crapahuteurs sont devenus «de bons amis». Pour le pire, et pour le meilleur.