La situation devrait empirer à Moscou

SINISTRE La capitale russe suffoque déjà, mais la météo promet des heures encore plus sombres...

J. M.

— 

Des touristes se protègent de la fumée des incendies à Moscou en Russie, le 6 août 2010.
Des touristes se protègent de la fumée des incendies à Moscou en Russie, le 6 août 2010. — Alexander Natruskin/REUTERS

Des fumées étouffantes et une température dépassant les 35 degrés. Les 10 millions d'habitants de Moscou suffoquent, en raison de la canicule et des incendies qui ravagent les forêt de la partie occidentale du pays. Et les vents de sud-est qui poussent la fumée vers la ville vont se poursuivre, ont averti lundi les services météorologiques.

>> Retrouvez les images de Moscou dans la brume en cliquant ici

«L'orientation des vents va entraîner une détérioration supplémentaire de la situation écologique dans la ville, la visibilité va descendre à 100 mètres», a indiqué un responsable de ces services, cité par Interfax. Selon une responsable de l'observatoire de la qualité de l'air à Moscou a indiqué que les indices de pollution étaient trois fois supérieurs aux seuils d'alerte.

Deux fois plus de morts

Des conditions qui ont entraîné un doublement de la mortalité dans la capitale russe, où 700 décès sont enregistrés quotidiennement ces derniers jours contre 360-380 habituellement, selon un responsable de la mairie cité par les agences. Andreï Seltsovski raconte même qu'il y a actuellement 1.300 corps dans les morgues de Moscou, pour une capacité de 1.500.

Moscovites comme touristes portent donc des masques respiratoires. Plusieurs ambassades étrangères ont recommandé à leurs ressortissants de quitter la ville. Malgré des vols retardés par dizaines en raison de la très faible visibilité, une quantité record de près de 105.000 passagers ont quitté la ville dimanche par les aéroports de Moscou, selon le Comité russe du transport aérien.

La France pas inquiète

A la différence de plusieurs ambassades étrangères, la France n'a cependant pas recommandé à leurs ressortissants de quitter la ville. «C'est incommodant, mais la sécurité des ressortissants français n'est pas menacée», a assuré le Quai d'Orsay à 20minutes.fr. Selon le ministère des Affaires étrangères, «la situation ne nécessite pas une évacuation pour le moment».

La France s'est donc bornée à recommander à ses ressortissants de ne pas sortir et de ne pas se rendre dans les régions directement touchées par les incendies. Le médecin en chef russe, Alexandre Tchoutchaline, a de son côté conseillé aux Moscovites qui en avaient la possibilité de quitter la ville.