Incendies en Russie: la menace radioactive

SINISTRE Les flammes s'approchent d'une zone irradiée par la catastrophe de Tchernobyl...

J. M. avec AFP

— 

Dans les campagnes russes, la canicule fait des dégâts: les récoltes ont été détruites sur une surface équivalente à celle du Portugal et des feux de forêt se sont déclarés, comme ici près de Shatura, à 130km au sud-est de Moscou, le 19 juillet 2010.
Dans les campagnes russes, la canicule fait des dégâts: les récoltes ont été détruites sur une surface équivalente à celle du Portugal et des feux de forêt se sont déclarés, comme ici près de Shatura, à 130km au sud-est de Moscou, le 19 juillet 2010. — Mitya Aleshkovskiy/AP/SIPA

Le nombre d'incendies a baissé en Russie, mais leur localisation inquiète. Le ministre des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou craint que les flammes ne se propagent à une région dont le sol et les végétaux avaient été irradiés lors de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986.

«Nous surveillons attentivement la situation dans la région de Briansk», à la frontière avec l'Ukraine et le Bélarus, car «si un incendie s'y déclarait, des substances radioactives pourraient s'envoler avec la fumée et une nouvelle zone polluée apparaîtrait», a indiqué le ministre.

Des dépôts de munitions évacués

Au total 162.000 personnes sont mobilisées pour combattre les feux qui embrasent le pays. La situation est stabilisée aux environs du centre nucléaire de Sarov, d'où les autorités avaient affirmé mercredi avoir évacué les matières fissiles et explosives.

Mais jeudi, un dépôt de munitions a de nouveau été évacué, menacé par les flammes. Plus tôt dans la journée, Ria-Novosti avait fait état de plusieurs dépôts évacués, sans que l'information ne soit confirmée. Le bilan des pertes humaines est de 50 morts.