La police polonaise a annoncé mercredi avoir interpellé 61 personnes dans le cadre d'une vaste enquête sur la diffusion d'images à caractère pédophile sur internet, qui avait déjà conduit en septembre à 138 interpellations.
La police polonaise a annoncé mercredi avoir interpellé 61 personnes dans le cadre d'une vaste enquête sur la diffusion d'images à caractère pédophile sur internet, qui avait déjà conduit en septembre à 138 interpellations. — Jussi Nukari AFP/Archives

WEB

Explosion de la pornographie infantile au Japon

La police a intensifié ses efforts dans ce domaine...

La pornographie infantile a connu au premier semestre 2010 un bond de 60% par rapport à la même période de l'an dernier au Japon, selon la police. Près de 600 affaires ont été recensées dans le pays, où la possession de vidéos et de photos à titre individuel n'est pas condamnée par la loi.

Ce nombre record traduit également les efforts réalisés par la police nationale pour mettre un terme à l'exploitation sexuelle des mineurs et pour mieux contrôler l'usage d'Internet. Sur l'année 2009, une hausse de plus de 38% par rapport à 2008 avait déjà été enregistrée.

Honte et souffrance

Les associations d'aide aux victimes rappellent que sur la plupart des images largement diffusées via Internet, le visage des enfants est exposé, ce qui les condamne à vivre dans la honte et la souffrance. L'étude a montré que ce fléau se répand grâce à l'usage d'Internet, qui a concerné plus de 55% des affaires traitées.

En juillet, le gouvernement japonais a lancé une stratégie sur trois ans pour éradiquer la pornographie infantile, qui inclut la promotion en ligne de logiciels de filtrage et la coopération des fournisseurs d'accès Internet pour bloquer ou effacer toute image illicite.

Accusation de laxisme

La loi actuelle, datant de 1999, interdit la production et la vente de photos, vidéos et autres matériels pornographiques impliquant des enfants, ainsi que leur possession à des fins commerciales ou de distribution. Mais la possession à titre individuel de ce genre de produits est, elle, pour l'instant autorisée.

Les Etats-Unis et d'autres pays développés accusent les autorités japonaises de laxisme face à ce problème et considèrent le Japon comme un producteur majeur de pornographie infantile dans le monde.