La déclaration d'indépendance du Kosovo n'a pas violé le droit international

INTERNATIONAL La Cour internationale de Justice a rendu ce jeudi son avis sur le sujet. La Serbie a d'ores et déjà réaffirmé qu'elle ne reconnaîtrait «jamais» cette indépendance...

avec AFP

— 

Le président de la Cour Internationale de Justice (CIJ), le juge Hisashi Owada (C), le vice-président, le juge Peter Tomka (G) et le juge Awn Shawkat Al-Khasawneh, annoncent la décision de la Cour sur la déclaration d'indépendence du Kosovo, au Palais de la Paix, à La Haye, le 22 juillet 2010.
Le président de la Cour Internationale de Justice (CIJ), le juge Hisashi Owada (C), le vice-président, le juge Peter Tomka (G) et le juge Awn Shawkat Al-Khasawneh, annoncent la décision de la Cour sur la déclaration d'indépendence du Kosovo, au Palais de la Paix, à La Haye, le 22 juillet 2010. — REUTERS/Jerry Lampen

La Cour internationale de Justice (CIJ) a tranché: la déclaration d'indépendance du Kosovo n'a pas violé le droit international. «L'adoption de la déclaration d'indépendance du 17 février 2008 n'a violé ni le droit international général, ni la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité, ni le cadre constitutionnel», a-t-elle estimé ce jeudi dans un avis consultatif sur la légalité de cette déclaration.

La Serbie ne reconnaîtra «jamais» l'indépendance du Kosovo

Cet avis lève les derniers doutes que pourraient avoir les pays n'ayant pas encore reconnu l'indépendance du Kosovo, a déclaré à la presse le président kosovar, Fatmir Sejdiu. Au total, 69 pays, dont les Etats-Unis et 22 des 27 pays de l'Union européenne, ont jusqu'ici reconnu l'indépendance du Kosovo, qui compte deux millions d'habitants, dont 90% sont Albanais.

De son côté, la Serbie ne reconnaîtra «jamais, en aucune circonstance» l'indépendance du Kosovo. Le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic, a affirmé: «Jamais nous ne reconnaîtrons la proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo.»

Les Etats-Unis saluent l'avis de la CIJ

La Serbie considère en effet ce territoire comme sa province méridionale, et souhaite des négociations sur le statut de la «province», ce dont Pristina ne veut pas entendre parler. C’est d’ailleurs Belgrade qui avait obtenu en octobre 2008 de l'Assemblée générale des Nations unies qu'elle saisisse la CIJ, principal organe judiciaire de l'ONU, sur la légalité de la proclamation d'indépendance du Kosovo du 17 février 2008. Du 1er au 11 décembre 2009, la Serbie, le Kosovo et 29 Etats, dont les Etats-Unis, avaient participé à une procédure orale à La Haye.

Ces derniers ont salué l'avis de la Cour internationale de Justice (CIJ), et appelé les nations européennes à «s'unir» après cette décision. «L'avis de la CIJ affirme la légalité de la déclaration d'indépendance du Kosovo. Nous soutenons cette décision», a dit le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley. «Le moment est venu pour l'Europe de s'unir pour un avenir commun», a-t-il ajouté.