Mexique: Au moins 26 personnes assassinées en moins de 24 heures

DROGUE Des femmes et des mineurs font partis des victimes...

J.C. avec agence

— 

Des policiers fédérals méxicains enquêtent près du corps d'une femme assassinée avec son petit-ami à Ciudad Juarez le 5 juillet 2010.
Des policiers fédérals méxicains enquêtent près du corps d'une femme assassinée avec son petit-ami à Ciudad Juarez le 5 juillet 2010. — REUTERS/STRINGER Mexico

Journée sanglante. Au moins 26 personnes ont été assassinées en moins de 24 heures dans le du Mexique, dont 14 à Ciudad Juarez, la ville la plus violente du pays, frontalière des Etats-Unis, a annoncé vendredi le ministère mexicain de la Justice.

Corps à demi-dévêtus

Parmi les victimes à Ciudad Juarez, qui jouxte la ville américaine d'El Paso au Texas, figurent trois personnes abattues dans une boulangerie, deux hommes criblés de balles dans un bar et deux femmes dont les corps à demi-dévêtus ont été abandonnés en deux endroits distincts.

>> Voir notre diaporama sur la guerre des cartels de la drogue au Mexique

Sept hommes, dont un âgé de 19 ans, ont été également assassinés en divers points de la ville, selon une responsable du ministère. Deux frères, âgés de 63 et 53 ans, ont été retrouvés assassinés dans une voiture dans la municipalité de Balleza.

Le gouvernement fédéral a déployé plus de 5.000 policiers à Ciudad Juarez, sans parvenir à enrayer la violence entre les gangs de narcotrafiquants, qui a fait plus de 1.450 morts durant l'année écoulée.

Affrontement entre police et narcotrafiquants

Dans l'Etat voisin de Coahuila, également frontalier des Etats-Unis, un affrontement entre policiers et narcotrafiquants présumés a fait quatre morts parmi les malfaiteurs qui, selon le ministère, ont «agressé par balles» des policiers sur une autoroute. Dans l'Etat de Durango, cinq personnes ont été assassinées par balles, dont quatre mineurs.

Près de 23.000 personnes ont été assassinées lors de règlements de comptes entre narcotrafiquants au cours des trois ans et demi écoulés, selon le gouvernement.