Israël et la Turquie au bord de la rupture

DIPLOMATIE L'épisode de la flottille humanitaire a laissé des traces entre les deux pays...

M.P. avec AFP

— 

Le raid de l'armee israelienne contre une flottille humanitaire le 31 mai 2010 a provoque un tolle de la communaute internationale et des heurts, notamment à Jerusalem.
Le raid de l'armee israelienne contre une flottille humanitaire le 31 mai 2010 a provoque un tolle de la communaute internationale et des heurts, notamment à Jerusalem. — A. GHARABLI / AFPU. SINAI / EPA / SIPA

Ankara avait prévenu: le raid de la flottille humanitaire par l’armée israélienne, qui avait fait neuf morts du côté des civils, allait changer beaucoup de choses dans les relations turco-israéliennes. De fait, la Turquie a fermé son espace aérien aux vols militaires israéliens et menacé de rompre ses relations avec Israël si celui-ci ne s'excuse pas pour le raid meurtrier du 31 mai, a averti le chef de la diplomatie turque cité ce lundi dans la presse. Israël doit s’excuser ou accepter les conclusions d'une commission d'enquête internationale, a déclaré Ahmed Davutoglu, cité par le journal Hürriyet. Sinon, a-t-il averti, «les relations seront rompues».

Israël «ne s'excusera jamais» auprès d'Ankara, a rétorqué ce lundi un haut responsable du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ce dernier avait déjà dit vendredi soir qu'Israël ne s'excuserait pas pour l'abordage dans les eaux internationales du navire turc.

Compensations

Contrairement à des déclarations précédentes, Ahmed Davutoglu n'a cependant pas rejeté l’idée d’une commission créée par Israël pour enquêter sur l'affaire de la flottille humanitaire. «Si cette commission conclut que le raid était injuste et s'ils s'excusent, cela serait aussi suffisant», a-t-il souligné, ajoutant que la Turquie insistait aussi sur le paiement de compensations de la part de l'Etat hébreu.

Jusqu'à présent, les Turcs n'avaient pas évoqué l'éventualité d'une rupture diplomatique même si les relations bilatérales, jadis qualifiées d'exemplaires, ont été sérieusement endommagées après le raid, le 31 mai, dans les eaux internationales, d'un convoi maritime humanitaire à destination de Gaza qui avait fait neuf morts turcs. La Turquie a rappelé son ambassadeur et annulé des exercices militaires avec Israël.