Les victimes du feu enterrées dans des fosses communes

— 

L'explosion a fait au moins 235 morts.
L'explosion a fait au moins 235 morts. — M. HOFER / AP / SIPA

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a décrété hier un deuil national de deux jours, après le décès vendredi d'au moins 235 personnes dans l'explosion d'un camion-citerne rempli d'essence à Sange, dans l'est du pays. Les victimes ont été inhumées samedi dans trois fosses communes. Hier, plusieurs dizaines de blessés étaient toujours soignés dans des hôpitaux de la région. Parmi les victimes, une soixantaine d'enfants et une trentaine de femmes.
A Sange, les gens sont « très tristes, très traumatisés, il y en a qui sont stressés », a déclaré hier Emmanuel Umbwe, membre d'une ONG  locale. Le ministre de la Santé est arrivé de Kinshasa en fin de matinée à Bukavu, le chef-lieu du Sud-Kivu, et devait se rendre à Sange, « pour faire une évaluation de la situation », selon le gouverneur.
C'est vendredi en fin de journée que le drame s'est produit. Un camion-citerne transportant environ 50 000 litres d'essence s'est renversé sur le bas-côté de la route qui traverse le centre de Sange, avant d'exploser et de prendre feu, pour une raison encore indéterminée.Des habitants qui récupéraient l'essence s'échappant du camion, et d'autres réunis dans une salle pour regarder le Mondial de football, ont été brûlés vifs par le feu qui a touché une vingtaine d'habitations de cette agglomération d'environ 50 000 habitants.