La famille de Gilad Shalit en marche vers Jérusalem

ISRAEL Ils entendent rallier la capitale et s'installer dans une tente près de la résidence officielle de Benjamin Netanyahu jusqu'à la libération de leur fils...

avec AFP

— 

Des milliers de personnes marchent vers Jérusalem pour réclamer la libération du soldat Gilad  Shalit, à Mitzpe Hila, le 27 juin 2010.
Des milliers de personnes marchent vers Jérusalem pour réclamer la libération du soldat Gilad Shalit, à Mitzpe Hila, le 27 juin 2010. — AFP PHOTO / JACK GUEZ

Le père du soldat israélien Gilad Shalit a entamé dimanche une longue marche pour presser le gouvernement de conclure un accord sur un échange de prisonniers et obtenir la libération de son fils, détenu par le Hamas depuis quatre ans. «J'appelle tout le monde à nous rejoindre et à marcher avec nous. Nous ne reviendrons ici qu'avec Gilad», clame-t-il.

Partis de Mitzpé Hila, localité du nord d'Israël où elle réside et où des milliers de personnes étaient venues de tout le pays les soutenir, la famille du soldat a entamé une marche jusqu'à Jérusalem pour réclamer du Premier ministre Benjamin Netanyahu «qu'il ramène Gilad chez lui». Une grande partie des habitants de Mitzpé Hila participent à la marche, comme Oudi Heyman, enseignant à l'Université de Tel-Aviv, venu avec sa famille. Des dizaines de policiers les encadrent.

Reçus par Benjamin Netanyahu le 8 juillet

La marche doit se prolonger pendant 12 jours, avec des étapes marquées par des cérémonies. A l'issue de la marche, la famille Shalit entend s'installer dans une tente près de la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem jusqu'à la libération de leur fils. Benjamin Netanyahu s'est engagé à recevoir la famille dans sa résidence dès leur arrivée à Jérusalem, le 8 juillet.

Gilad Shalit, 23 ans, a été capturé le 25 juin 2006 par un commando palestinien. Israël et le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, se rejettent la responsabilité de

l'échec des négociations sur un échange de prisonniers

, menées via l'Egypte et un médiateur allemand. Près des trois quarts des Israéliens se disent favorables à un échange de «centaines de terroristes, y compris des meurtriers» contre le soldat Shalit, selon un sondage publié vendredi par

Yediot Aharonot

.