La situation économique mondiale et la nouvelle gouvernance au menu du sommet du G8

MONDE Les huit pays les plus industrialisés se retrouvent pour une journée au Canada avant le G20 du week-end...

avec AFP

— 

G.HUGHES / AP / SIPA

Les huit pays les plus industrialisés de la planète devaient se retrouver ce vendredi, loin des regards, à Huntsville (Canada) pour parler économie, développement et sécurité sur fond de divisions sur les stratégies de sortie de crise.

Invités de Stephen Harper (Canada), Barack Obama (Etats-Unis), Dmitri Medvedev (Russie), Nicolas Sarkozy (France), Angela Merkel (Allemagne), Silvio Berlusconi (Italie), et les deux nouveaux du groupe, Naoto Kan (Japon) et David Cameron (Grande-Bretagne), devaient déjeuner et dîner à huis clos dans ce lieu de villégiature de l'Ontario.

Isolés au nord de Toronto

Dans le grand hôtel qui les accueille à 220 km au nord de Toronto, où a été regroupée la presse internationale, les huit chefs d'Etat et de gouvernement devaient être rejoints dans l'après-midi par six chefs d'Etats africains et trois de pays d'Amérique centrale et du sud.

«Lors de leur déjeuner, les Huit évoqueront la situation économique mondiale, lors de leur dîner, la nouvelle gouvernance» en gestation de la planète, a indiqué l'entourage d'un chef d'Etat occidental.

«Croissance, confiance et moyen terme»

Les Européens, qui ont engagé de sévères programmes d'austérité budgétaire, devraient à nouveau se heurter au président américain qui souhaite au contraire que ses partenaires «renforcent la reprise» en stimulant la consommation. Au G8, «les maîtres-mots seront croissance, confiance et moyen terme», a résumé jeudi Herman Van Rompuy, président de l'Union européenne.

Les détails, comme les projets de taxe bancaire ou de contribution sur les transactions financières, seront abordés plutôt samedi soir et dimanche dans un format élargi aux pays émergents, le G20, qui se tiendra lui à Toronto. Londres, Paris, Berlin et Washington ont invité le G20 à accepter une taxe bancaire, mais le Canada, comme la Russie, la Chine, l'Inde et l'Australie y sont opposés.

Le nucléaire pour finir

Avec ses partenaires africains (Algérie, Sénégal, Malawi, Afrique du Sud, Nigéria et Ethiopie) et d'Amérique centrale et du sud (Colombie, Haïti et Jamaïque), le G8 entend travailler sur «le développement», «la responsabilité partagée» et «les menaces émergentes contre la sécurité».

Le G8 achèvera sa réunion annuelle samedi matin en abordant les grands sujets d'actualité liés à la sécurité et à la paix. La prolifération nucléaire, avec les dossiers iranien et nord-coréen, sera alors au centre des débats qui porteront aussi sur le Proche-Orient ou l'Afghanistan.