Al Gore bien soulagé

— 

C'est certainement la fin d'un calvaire pour Al Gore. L'ancien vice-président américain était visé par des poursuites pour abus sexuels à la suite d'accusations de 2006, mais celles-ci ont été abandonnées, a annoncé mercredi la justice américaine.
En effet, la victime présumée, une masseuse d'un hôtel de Portland, refusait d'être interrogée par la police. Michael Schrunk, le procureur du comté de Multnomah dans l'Oregon (Nord-Ouest) a confirmé dans un communiqué qu'Al Gore avait été accusé de « relation sexuelle non désirée » fin 2006 et début 2007.