Un Espoir pour Troy Davis

F. V.

— 

Troy Davis, un condamné à mort noir américain, a échappé à l'exécution de justesse déjà trois fois en moins d'un an. Près de vingt ans après sa condamnation, il pourrait être bientôt innocenté. Depuis mercredi, il comparaît en effet devant un tribunal pour une audience historique. Pour la première fois, il présente des éléments en faveur de son innocence. Agé de 41 ans, Troy Davis, qui a toujours clamé son innocence, est enfermé dans le couloir de la mort en Géorgie (sud des Etats-Unis) depuis 1991 pour le meurtre d'un policier blanc. Condamné sans preuve matérielle – ADN ou arme du crime – et sur la foi de neuf témoins à charge dont sept se sont dédits, assurant avoir fait à l'époque l'objet de pressions de la police. Son cas a suscité une forte mobilisation à travers le monde, de Desmond Tutu au pape. Mais, faute d'avoir fait appel de sa condamnation dans l'année qui l'a suivie, la Cour suprême avait toujours refusé de rouvrir le dossier. « Le tribunal a mis la barre très haut : Troy doit prouver qu'il est innocent. Or il n'y a aucune preuve, ni dans un sens, ni dans l'autre », nuance Nicolas Krameyer, d'Amnesty International. Les nouveaux témoignages vont devoir convaincre le juge, qui rendra ensuite ses conclusions à la Cour suprême. Pour Amnesty International, qui le défend depuis des années, c'est « un premier pas important et une fenêtre d'espoir. Mais le chemin sera encore long. »