un diamant dans le pied

— 

Human Rights Watch (HRW) a appelé hier à suspendre la délivrance de certificats d'exportation de diamants du Zimbabwe en raison des violences contre les travailleurs employés dans une mine de ce pays. Si cet appel était suivi, le Zimbabwe ne pourrait plus exporter de diamants. L'organisation de défense des droits de l'homme a lancé cet appel à l'occasion de la réunion qui a commencé hier à Tel-Aviv (Israël) des partenaires au régulateur international en matière de diamants, le processus de Kimberley.
Cet organisme délivre des certificats en vue d'empêcher la vente de « diamants du sang ». C'est-à-dire provenant de pays où ces pierres servent notamment à l'achat d'armes et où les droits de l'homme sont bafoués. Or, selon HRW, le Zimbabwe n'a pas respecté son engagement d'améliorer les conditions de travail dans la mine de Marange. L'accréditation pour les pierres qui y sont extraites avait été suspendue en novembre, mais elle pourrait être redonnée lors de la conférence.